Projet collaboratif de diffusion de l’intégration d’une démarche palliative dans les soins

  • Formation des équipes
  • Planification de l’initiative
  • Lancement
  • Mise à l’épreuve des changements
  • Légère amélioration
  • Amélioration
  • Amélioration importante
  • Amélioration durable

Seulement 15 % des Canadiens et Canadiennes, y compris ceux qui vivent en établissement de soins de longue durée, ont un accès rapide à des soins palliatifs à domicile. Parmi les bénéficiaires de soins palliatifs, 62 % les reçoivent dans un hôpital de soins de courte durée – la plupart du temps dans leur dernier mois de vie1.

L’intégration d’une démarche palliative dans les soins (IDPS) est une approche novatrice éprouvée qui aide le personnel des établissements de soins de longue durée à repérer les résidents qui pourraient bénéficier d’une approche palliative des soins.

Elle pousse les membres de l’équipe de soins à discuter des préférences en matière de soins palliatifs avec les résidents, leurs familles et leurs partenaires de soins. Ensemble, ils créent des plans de soins complets qui honorent les volontés, les valeurs et les choix des résidents.

Une identification proactive des besoins est déterminante pour la mise en place d’autres formes de soins palliatifs de haute qualité.

Poursuivre une démarche commune et uniforme auprès des résidents en fin de vie, c’est se donner l’occasion – et la permission – de parler ouvertement de la mort et de la fin de vie, de dédramatiser ces sujets et d’offrir du soutien le moment venu.

L’idée de l’IDPS vient du projet DAISY : intégration d’une approche des soins palliatifs en hébergement de Vancouver Coastal Health, créé dans le cadre d’un appel à l’innovation lancé par la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé en 2017. L’année suivante, la FCASS a travaillé en étroite collaboration avec Jane Webley, de Vancouver Coastal Health, au lancement d’un projet collaboratif de diffusion de l’IDPS qui a pris fin en novembre 2019. Sept équipes provenant de cinq provinces et un territoire ont ainsi intégré l’IDPS dans 22 établissements de soins de longue durée selon une approche de « formation du formateur ».

L’IDPS : un plus pour les services de santé au Canada

L’IDPS s’inscrit dans l’action de la FCASS visant à diffuser et à mettre à l’échelle des innovations éprouvées qui ouvrent l’accès à des soins de haute qualité, plus proches du milieu de vie.

Chez les Canadiens et Canadiennes qui ont une préférence, 75 % souhaiteraient finir leurs jours chez eux2 – ce qui inclut les résidents des établissements de soins de longue durée. Avec le projet de diffusion de l’IDPS, la FCASS souhaitait augmenter les capacités actuelles et potentielles en matière de prestation de soins de fin de vie à domicile et prévenir les visites à l’urgence et les hospitalisations inutiles.

L’IDPS s’est également révélée très utile pour changer la culture organisationnelle et banaliser les discussions sur les objectifs de soins et les dernières volontés. Elle améliore l’expérience des soins pour les résidents en fin de vie, leurs familles et leurs proches, ainsi que les prestataires.

Lire les résultats sommaires du projet

L’approche

La FCASS a épaulé les équipes et leur a donné accès à une panoplie de ressources pour faciliter l’IDPS et sa diffusion dans leurs établissements de soins de longue durée selon une approche de « formation du formateur ».

Les piliers du modèle IDPS sont flexibles. Chaque établissement peut les adopter et les adapter à ses propres besoins et points forts.

De courts modules de formation sur l’IDPS sont offerts aux prestataires de soins de longue durée qui font leurs premiers pas dans les soins palliatifs et de fin de vie.

Le module interactif en quatre volets Le don de temps : intégration d’une démarche palliative dans les soins, fait suivre aux équipes de soins de longue durée le parcours d’un vrai résident et propose des manières d’améliorer les soins de fin de vie.

 Infographie de la maison EPAC, un texte descriptif suit

Le modèle IDPS a la forme d’une maison. Le plafond est l’identification, la discussion et la planification (IDP) au moins huit semaines avant la fin de vie. Viennent ensuite quatre piliers, soit 1) augmenter les capacités et la confiance : éducation, outils, ressources; 2) augmenter les connaissances des résidents et des familles : soins palliatifs, trajectoire de la maladie, objectifs de soins/conversation sur la maladie grave; 3) soins psychosociaux des résidents et de leurs familles : impact de la perte sur les survivants, outils, ressources; 4) soins psychosociaux pour l’équipe de soins de santé : outils, ressources. Ceux-ci reposent sur la fondation, constituée par les paramètres de mesure et les rapports.

  • Les équipes participantes

Discuter en amont de ces choses importantes permet justement de planifier les soins ensemble et de faire ses adieux de manière à créer des souvenirs inoubliables. J’appelle cela le “don de temps” que nous pouvons faire aux résidents et aux personnes importantes pour eux en tant que prestataires de soins de santé.

 

-Jane Webley 

Responsable régionale des soins de fin de vie pour Vancouver Coastal Health (2018)

Outil / Ressource

Modules de formation sur l’intégration d’une démarche palliative dans les soins (IDPS)
Lire la suite >

Conversations sur l’amélioration

Une démarche de soins palliatifs éprouvée suscite des conversations nécessaires sur la qualité de vie
Lire la suite >

Outil / Ressource

Le don de temps : intégration d’une démarche palliative dans les soins

1 Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). « Accès aux soins palliatifs au Canada », Ottawa (Ontario) : ICIS, 2018.

2 ICIS. « Accès aux soins palliatifs au Canada », 2018. Sur Internet : https://www.cihi.ca/fr/acceder-aux-donnees-et-aux-rapports/acces-aux-soins-palliatifs-au-canada