Profil des équipes

Une image d'une carte du Canada montrant l'emplacement des 14 équipes en science de la mise en œuvre.

Établissement d’accueil : Université McMaster

Projet de recherche :

Mise en œuvre et déploiement d’une trousse d’outils en soins palliatifs dans les établissements de soins de longue durée pendant la COVID-19

Territoires visés :

Saint John (Nouveau-Brunswick), Hamilton (Ontario), Battleford (Saskatchewan)

Pratiques prometteuses :

Présence de la famille, préparation, effectifs, planification des soins COVID-19 et non COVID-19

Avant la COVID-19, notre travail sur le projet Renforcer l’approche palliative en SLD a souligné comment les résidents et leur famille doivent prendre des décisions critiques et émotionnellement chargées sur la fin de vie sans aucune discussion préparatoire, ce qui provoque du stress et des conflits. Récemment, l’équipe a créé une trousse d’outils en soins palliatifs pour les établissements de soins de longue durée (ESLD), qui répond aux besoins immédiats des établissements en contexte de COVID-19.

Voici les questions et objectifs de recherche de notre étude financée par la FCASS et l’ICSP :

  1. Évaluer la mise à l’échelle de la nouvelle trousse d’outils en soins palliatifs pour les ESLD dans trois provinces.
  2. Trouver des manières d’adapter la trousse d’outils à différents contextes et régions.
  3. Consigner les leçons apprises de l’utilisation dans différents milieux.
  4. Évaluer l’utilisation et l’efficacité de la trousse d’outils dans les ESLD pendant la pandémie de COVID-19.

Établissement d’accueil : Toronto Rehab, Réseau universitaire de santé

Projet de recherche :

Trousse d’outil sur l’isolement en contexte de démence

Territoires visés :

Toronto, Petrolia, Sarnia (Ontario)

Pratiques prometteuses :

Prévention, effectifs, planification des soins COVID-19 et enon COVID-19, présence de la famille

La Trousse d’outils sur l’isolement en contexte de démence a été imaginée et élaborée en collaboration avec des parties prenantes du milieu des SLD pour appuyer : 

  1. l’isolement et la mise en quarantaine efficaces, sécuritaires et empreints de compassion pour les résidents des établissements de SLD pendant la pandémie de COVID-19;
  2. la résilience du personnel en SLD.

Par ce projet, nous évaluerons l’efficacité du programme d’implantation de la trousse et nous mesurerons sa capacité à engendrer un isolement efficace, sécuritaire et empreint de compassion et à réduire la détresse morale du personnel en SLD. Nous explorerons les effets de la trousse et du programme d’implantation sur d’autres éléments pertinents, par une évaluation développementale et le projet de cadre de mesure commun.

Cette démarche mènera entre autres à la création d’approches d’implantation et de documents éclairés par des données probantes qui favoriseront la diffusion et la pérennité des pratiques prometteuses dans les soins centrés sur la personne en contexte d’isolement et la résilience chez les travailleurs en SLD.

 

Établissement d’accueil : Université Laval

Projet de recherche :

Préserver le lien des résidents en ESLD atteints de troubles cognitifs avec leurs proches en contexte de pandémie: évaluation de la mise en œuvre et des effets d’interventions virtuelles et en personnes

Territoires visés :

Saint-Jean-Port-Joli, Sainte-Marie, Thetford Mines, Saint-Augustin-de-Desmaures (Québec)

Pratiques prometteuses :

Présence de la famille

Au Québec, près de 70 % des décès liés à la COVID-19 sont des personnes vivant en établissements de soins de longue durée (ESLD). Les restrictions imposées pour diminuer la transmission du virus ont des effets délétères sur les personnes âgées et des conséquences sur les proches aidants. Afin d’atténuer les effets négatifs, différentes stratégies sont utilisées pour préserver des contacts avec les proches et ainsi promouvoir des actions protectrices de l’état mental et physique des aînés. Toutefois, l’évaluation de la mise en œuvre et des effets d’interventions novatrices en contexte de pandémie chez des personnes âgées atteintes de troubles cognitifs n’ont pas été étudiés à ce jour au Canada.

En collaboration avec cinq ESLD partenaires, le but du projet est d’évaluer le processus de mise en œuvre, la viabilité et l’acceptabilité d’interventions visant à privilégier la présence des proches (en personne ou virtuellement), ainsi que les effets chez les résidents, leurs proches et les coûts reliés. Un devis de recherche évaluatif est privilégié. Une étude de cas multiples sera utilisée pour décrire la réalité des milieux et des acteurs ciblés, saisir les relations complexes entre les différents facteurs, documenter le degré et la variabilité de l’implantation dans les différents milieux et leurs résultats. Des résidents atteints de troubles cognitifs, leur proche aidant et des membres de l’équipe de soin seront recrutés dans chacun des milieux.

Des interventions permettant de préserver les contacts avec les proches et soutenus par le milieu de vie peuvent atténuer les répercussions de l’isolement et avoir un impact considérable sur l’anxiété, les symptômes cognitifs et comportementaux et la qualité de vie. En donnant la parole aux aînés, aux proches et au personnel de soins, la documentation de l’acceptabilité viendra ajouter des preuves que des interventions adaptées, empreintes d’humanité sont viables et pertinentes dans les ESLD.

 

Établissement d’accueil : Université de Regina

Projet de recherche :

Présence de la famille et d’autres aidants naturels en soins de longue durée pendant la COVID-19 : Un essai pragmatique randomisé par grappes 

Territoires visés :

Saint John (Nouveau-Brunswick), Hamilton (Ontario), Regina (Saskatchewan)

Pratiques prometteuses :

Présence de la famille

Notre équipe en science de la mise en œuvre s’associe à six unités d’établissements de soins de longue durée et de résidences pour personnes âgées de la Saskatchewan, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick pour appuyer la réintégration des proches aidants. Notre équipe appuie aussi la réintégration des autres visiteurs, qui jouent un rôle social important pour les résidents qui n’ont pas de proche aidant ou dont le proche aidant est peu présent.

À l’aide d’un essai pragmatique contrôlé randomisé par grappes, nous comparerons les résultats de trois unités, qui se concentreront seulement à réintégrer les proches aidants, à ceux de trois autres unités, qui travailleront à réintégrer les proches aidants et les autres visiteurs.

L’intervention comprendra l’identification des proches aidants et la désignation d’un point de contact pour eux, l’élaboration d’un processus de dépistage et de protocoles de sécurité uniformes pour les proches aidants, la mise en place d’un processus d’appel rapide, la préparation des proches aidants par une formation, et la formation du personnel pour assurer sa compréhension des rôles essentiels des proches aidants. La solitude, le soutien social, la résilience et l’épuisement seront mesurés chez les résidents, les proches aidants et le personnel, avant, pendant et après l’intervention.

 

Établissement d’accueil : Université de Calgary

Projet de recherche :

Création et mise en œuvre d’un cheminement clinique pour les personnes âgées fragiles en soins de longue durée

Territoires visés :

Calgary (Alberta), Burnaby (Colombie-Britannique)

Pratiques prometteuses :

Préparation, planification des soins COVID-19 et non COVID-19

La pandémie de COVID-19 a mis en lumière le besoin urgent d’améliorer les soins palliatifs offerts aux résidents des établissements de soins de longue durée (ESLD) fragiles. Il faut élaborer des stratégies de soins efficaces et pratiques pour ces milieux complexes. Nous sommes en train de créer un cheminement clinique axé sur la fragilité et les soins palliatifs précoces pour les résidents des ESLD, cheminement qui améliorera la planification des soins et les résultats.

Notre objectif global est de créer un cheminement clinique fondé sur des données probantes qui permettra l’identification rapide de la fragilité et l’amorce précoce, pour les résidents des ESLD, de soins palliatifs qui correspondent à leur niveau de fragilité.

 

Établissement d’accueil : Université de Calgary

Projet de recherche :

Soutenir la santé mentale et prévenir les préjudices moraux chez les travailleurs en soins de longue durée

 

Territoires visés :

Edmonton, Calgary, Okotoks (Alberta)

 

Pratiques prometteuses :

Soutien au personnel

 

Les travailleurs en soins de longue durée (SLD) peuvent subir des préjudices moraux, par exemple se sentir coupables de surveiller les visites de fin de vie, durant lesquelles les membres de la famille ne sont autorisés à toucher leur proche mourant qu’avec des gants. Le concept de préjudice moral est utilisé depuis peu pour comprendre le stress que vivent les soignants pendant la pandémie de COVID-19, et il devait l’être. Contrairement aux concepts individualisés tels l’épuisement professionnel, les préjudices moraux émanent des structures et processus qui encadrent les actions d’une personne.

Notre question de recherche est la suivante : Comment favoriser la santé mentale et prévenir les préjudices moraux chez les travailleurs en SLD?

 

Établissement d’accueil : Institut de recherche Bruyère

Projet de recherche :

Présence de la famille : (ré)intégrer les proches aidants

Territoires visés :

Ottawa, Markdale, Tavistock (Ontario)

Pratiques prometteuses :

Présence de la famille

Le projet Présence de la famille : (ré)intégrer les partenaires de soins essentiels se tiendra dans les établissements de soins de longue durée (SLD) de l’Ontario et contribuera à la mise au point et à la diffusion d’une intervention prometteuse quant à la présence des membres de la famille en SLD. Notre travail aidera les partenaires de soins essentiels, qui sont choisis par les résidents et qui leur fournissent des soins physiques et psychosociaux vitaux, à entrer en toute sécurité dans les établissements.

En s’inspirant des approches et outils existants approuvés par la Change Foundation, l’Organisme de soutien aux aidants naturels de l’Ontario, les Centres d’apprentissage, de recherche et d’innovation en soins de longue durée de l’Ontario et la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé, trois établissements ont créé un programme de partenaires de soins désignés qui combine une formation et un engagement à respecter les protocoles de sécurité et à utiliser une carte d’identité pour faciliter l’accès des partenaires de soins essentiels aux établissements.

Nous ferons une évaluation développementale et une étude de portée rapide pour guider les établissements pendant la mise en œuvre de l’intervention.

 

Établissement d’accueil : Université Mount Saint Vincent 

Projet de recherche :

Mise en œuvre de politiques faisant des membres de la famille des partenaires de soins pendant la pandémie de COVID-19

Territoires visés :

Digby, Sydney, Debert, Halifax (Nouvelle-Écosse), Charlottetown, Summerside (Île-du-Prince-Édouard)

Pratiques prometteuses :

Présence de la famille

Ce projet cadre avec les pratiques visant à augmenter la présence des familles en soins de longue durée (SLD) et avec les données toujours plus nombreuses qui confirment que la famille joue un rôle essentiel en SLD.

Voici nos objectifs : 

  1. Définir et examiner les caractéristiques des milieux où les visites de soutien ont été autorisées, afin de dégager un processus de mise en œuvre réussi.
  2. Comprendre les éléments qui favorisent l’autorisation des visites de soutien, alors que la COVID 19 est toujours présente dans les établissements de SLD et les milieux communautaires en général.
  3. Comprendre comment les familles ont participé au processus d’autorisation ou y ont été représentées.
  4. Évaluer les résultats et les retombées des visites de soutien sur les résidents, les familles et le personnel.
  5. Connaître les facteurs qui ont favorisé l’autorisation et la pérennité de pratiques de visites similaires dans les autres établissements.

Établissement d’accueil : Université d’Ottawa

Projet de recherche :

Faire des membres de la famille et des bénévoles des soignants essentiels en SLD

Territoires visés :

Ottawa, Welland, Vanier, Nepean (Ontario)

Pratiques prometteuses :

Présence de la famille, soutien au personnel

Les politiques interdisant les visites mises en place en raison de la COVID-19 ont eu des effets négatifs majeurs pour les résidents, les familles, les proches aidants, les bénévoles et les professionnels de la santé. Notre projet produira des données rigoureuses qui serviront à répondre aux questions suivantes relatives à la mise en œuvre :

  1. De nouvelles procédures différenciant les membres de la famille, les bénévoles et les proches aidants qui sont des partenaires de soins essentiels et ceux qui ne le sont pas peuvent-elles être adoptées avec succès et maintenues?
  2. Si les membres de la famille, les bénévoles et les proches aidants ne sont pas admis dans l’établissement, d’autres initiatives peuvent-elles être prises pour assurer un contact virtuel? Quels seraient leurs effets sur les familles, les résidents et les professionnels de la santé?
 

Établissement d’accueil : Centre de recherche de l’'Institut universitaire de gériatrie de Montréal

Projet de recherche :

Nutrition as Medication: de la recherche à l’implantation

Territoires visés :

Montréal (Québec)

Pratiques prometteuses :

Planification des soins COVID-19 et non COVID-19

La malnutrition et la perte de poids sont endémiques dans les établissements de soins de longue durée (ESLD).  Pourtant leurs conséquences sont sérieuses, incluant un risque accru de mortalité et de morbidité telles les plaies de pression et les infections respiratoires.  Cette réalité a été exacerbée durant la pandémie.  Les intervenants des ESLD rapportent que ceux atteints de la COVID-19 ont vu leur état nutritionnel se détériorer rapidement.  En parallèle, les résidents non-atteints ont aussi présenté une perte de poids significative et non-souhaitable.  Les interventions pour prévenir la perte de poids doivent viser à augmenter l’apport en énergie et protéines.  L’usage de suppléments nutritionnels oraux est un moyen répandu pour atteindre cet objectif.  Toutefois, la consommation réelle de ces produits est plutôt faible.  

Depuis 2017, une intervention surnommée NAM pour « Nutrition as Medication » a été développée et testée en ESLD par notre équipe.  Cette intervention suggère de prescrire de petites doses d’un supplément nutritionnel oral (30 ou 60 ml) qui sont administrées tel un médicament.  

L’efficacité du NAM a été étudiée.  Les résultats préliminaires montrent un taux d’administration élevé (93-95%), une amélioration significative de l’état nutritionnel et une diminution des plaies de pression parmi les résidents.  En suivi de ces résultats, un guide a été rédigé décrivant l’intervention NAM, les principes qui l’encadrent, et la stratégie suggérée pour une implantation réussie dans un ESLD.  
L’intervention NAM apparaît une pratique prometteuse qui pourrait limiter, voire prévenir, la détérioration de l’état nutritionnel des résidents, qu’ils soient atteints ou non atteints de la COVID-19. Toutefois les études ont été réalisées avant la survenue de la pandémie et le guide d’implantation ne tient donc pas compte de ce contexte.  Ainsi, dans l’objectif de mieux outiller les ESLD lors de la nouvelle vague de COVID-19, notre équipe propose la diffusion et la mise à l’échelle de l’intervention NAM en ESLD.  Spécifiquement, nous proposons de :  

  1. Accompagner l’implantation du NAM au sein de deux ESLD de Montréal; 
  2. Évaluer l’implantation du NAM en termes de prescription et d’administration du traitement; 
  3. Identifier les facteurs facilitants et contraignants de l’implantation du NAM; 
  4. Identifier les effets du NAM tel que perçu par les intervenants et les proches/résidents; et 
  5. Réviser le matériel d’implantation du NAM.
 

Établissement d’accueil : Université Ryerson 

Projet de recherche :

Trouver l’équilibre : Intégrer la présence de la famille dans les établissements de SLD en Ontario

Territoires visés :

Toronto, Ottawa (Ontario)

Pratiques prometteuses :

Présence de la famille

Entre mars et avril 2020, lorsque les éclosions et les décès ont explosé dans les établissements de soins de longue durée (SLD) canadiens, des provinces d’un bout à l’autre du pays ont adopté des politiques globales strictes de restriction des visites dans le cadre de leur stratégie de prévention et de contrôle des infections. Ces politiques ont complètement mis de côté les proches aidants, qui fournissent des soins directs à de nombreux résidents de ces établissements qui ont des besoins complexes. Ainsi, de nombreux résidents ont vécu des préjudices graves et potentiellement évitables, notamment un déclin de leur état physique, cognitif et psychologique et de leurs capacités fonctionnelles. La situation a provoqué une remise en question des restrictions des visites dans les établissements de SLD, et des personnes se sont inquiétées que le risque de préjudices associé à ces politiques surpasse les avantages pour la prévention des éclosions de COVID-19.

En réaction, des membres de notre équipe en science de la mise en œuvre ont publié en juillet 2020 des recommandations du National Institute on Ageing (NIA) sur la réouverture des établissements de SLD aux proches aidants et aux visiteurs pendant la pandémie de COVID-19. Ces recommandations ont été largement diffusées, et ont poussé plusieurs provinces à modifier leurs politiques de visites. Par exemple, le ministère des Soins de longue durée (MSLD) de l’Ontario permet maintenant aux résidents ou à leur mandataire spécial de désigner jusqu’à deux proches aidants qui peuvent venir sur place à tout moment, sans restriction. Malgré ce changement dans la politique, les témoignages de résidents et de proches aidants recueillis par notre équipe semblent indiquer une application incohérente et incomplète. De nombreux établissements se sont dits inquiets quant au manque de données recueillies sur le changement, incertains de la sécurité de la politique en raison du risque élevé d’éclosion de COVID 19 et témoins d’un manque de ressources pour en appuyer l’application complète.

Afin de remédier au problème, notre équipe travaillera à accélérer la collecte de données probantes exploitables et de qualité en temps réel pour les établissements et les décideurs qui doivent jongler avec l’accès des visiteurs et des proches aidants aux établissements et les mesures de prévention et de contrôle des infections en place pendant la pandémie. Voici les objectifs de notre projet, qui se déroulera en plusieurs phases :

  1. Mettre à jour les outils provinciaux de collecte de données pour intégrer des mesures de l’accès des proches aidants et des visiteurs aux établissements de SLD et des absences des résidents afin de faire le lien avec les éclosions de COVID-19 dans les établissements.
  2. Réaliser une analyse des données quantitatives provinciales sur l’accès des proches aidants et des visiteurs ainsi que des données des établissements de SLD sur les obstacles et les éléments contribuant à la mise en œuvre de politiques sur la présence des familles.
  3. Exécuter et étudier une stratégie de mise en œuvre dans les établissements partenaires, et créer un projet collaboratif d’apprentissage sur la présence des familles dans les établissements de SLD de la province
 

Établissement d’accueil : Réseau universitaire de santé – Toronto Rehabilitation Institute (KITE)

Projet de recherche :

Mise en œuvre des recommandations du personnel en soins de longue durée dirigée par des infirmières praticiennes pendant la pandémie – ESMO

Territoires visés :

Waterloo, Sarnia (Ontario)

Pratiques prometteuses :

Effectifs, planification des soins COVID-19 et non COVID-19

Il faut répondre rapidement aux défis persistants dans le secteur des soins de longue durée (SLD) qui ont été mis en lumière par la pandémie de COVID-19. Afin de surmonter ces défis et de limiter les effets de futures éclosions, des membres de notre équipe ainsi que leurs collègues de partout dans le monde ont formulé des recommandations visant à soutenir le personnel pendant la pandémie (p. ex., fournir des consignes claires, favoriser la santé du personnel, promouvoir des politiques de ressources humaines efficaces, mettre en œuvre de nouvelles pratiques cliniques) et à améliorer les pratiques de contrôle des infections dans les résidences pour personnes âgées (McGilton et coll., 2020, JAMDA).

Les conclusions préliminaires de notre travail en cours auprès des infirmières praticiennes indiquent que les personnes occupant ce poste sont bien placées pour diffuser et appliquer les recommandations dans les établissements de SLD. Notre étude déterminera les étapes et les ressources nécessaires pour adapter les recommandations au contexte et pour les appliquer efficacement dans deux résidences.
Voici les objectifs :

  1. Adapter les recommandations au contexte des deux établissements (phase 1).
  2. Tester et évaluer les recommandations adaptées en se concentrant sur la faisabilité, la fidélité, le coût et la pérennité de leur application dans chaque établissement (phase 2).
 

Établissement d’accueil : Université de Colombie-Britannique

Projet de recherche :

Application de la politique « un seul site à risque »

Territoires visés :

Vancouver, Richmond, Mission (Colombie-Britannique) 

Pratique prometteuse :

Effectifs 

Pour stopper la propagation du virus dans les établissements de soins de longue durée (SLD) et pour assurer la santé et la sécurité du personnel, des résidents et des familles, l’Agence de la santé publique du Canada a institué des pratiques de redéploiement des ressources et de refonte rapides et fondées sur des données probantes, notamment des politiques strictes de restriction des visites et des politiques de dotation en personnel empêchant le travail dans plus d’un établissement.

Dans cette proposition, nous nous concentrons sur les politiques de dotation qui interdisent l’emploi dans plus d’un établissement de SLD. Notre projet s’inspire du Cadre consolidé pour la recherche sur la mise en œuvre (CFIR). Nous utiliserons les domaines du CFIR et les concepts associés pour décrire la mise en œuvre de ce type de politique dans chaque établissement partenaire.

 

Établissement d’accueil : Fraser Health Authority

Projet de recherche :

Une approche collaborative de la qualité, centrée sur les résidents et les familles, pour une préparation globale à la pandémie dans les établissements de soins de longue durée (étude PAPLOC)

Territoires visés :

Abbotsford, New Westminster, Coquitlam (Colombie-Britannique)

Pratique prometteuse :

Préparation

Pour stopper la propagation du virus dans les établissements de soins de longue durée (SLD) et pour assurer la santé et la sécurité du personnel, des résidents et des familles, l’Agence de la santé publique du Canada a institué des pratiques de redéploiement des ressources et de refonte rapides et fondées sur des données probantes, notamment des politiques strictes de restriction des visites et des politiques de dotation en personnel empêchant le travail dans plus d’un établissement.

Dans cette proposition, nous nous concentrons sur les politiques de dotation qui interdisent l’emploi dans plus d’un établissement de SLD. Notre projet s’inspire du Cadre consolidé pour la recherche sur la mise en œuvre (CFIR). Nous utiliserons les domaines du CFIR et les concepts associés pour décrire la mise en œuvre de ce type de politique dans chaque établissement partenaire.