Impact économique des améliorations apportées au rendement des soins de santé primaires

Résumé (PDF, 287 Ko)

MESSAGES PRINCIPAUX

  • Le rendement du système de soins de santé primaires (SSP) du Canada est inférieur à celuides systèmes de SSP d’autres pays industrialisés. Des investissements bien ciblés dans les SSP peuvent améliorer la santé des individus et des populations, ce qui peut avoir un impact positif sur desindicateurs macroéconomiques comme le taux d’emploi, la productivité et la croissance économique.
  • Les systèmes de SSP au Canada présentent des lacunes importantes auxquelles il faut remédier, et ce, qu’il s’agisse de l’accessibilité des services, de la qualité technique des soins, des initiativesd’amélioration des soins et de l’organisation de la pratique.
  • Il s’avère que certaines interventions et certains investissements – dont l’intégration de pharmaciens aux équipes de SSP, l’élaboration de stratégies de gestion de cas pour une meilleure prise en charge des maladies chroniques et la mise en place de dossiers médicaux électroniques(DME) qui prévoient des rappels aux patients et aux fournisseurs de SSP pour la gestion des soins préventifs et des maladies chroniques – augmentent le rendement des SSP, améliorent la qualitédes soins et génèrent des économies.
  • Ce rapport présente les résultats des quatre approches utilisées pour évaluer l’impact économique des améliorations aux SSP, soit : 1. une synthèse de la documentation sur les effets macroéconomiques et microéconomiquesd’une bonne santé, et plus particulièrement ceux liés au rendement des SSP; 2. un examen systématique de l’impact économique de l’intégration d’un pharmacien à la pratique des SSP; 3. un exercice de simulation qui évalue l’impact économique des améliorations apportées aux taux de vaccination antigrippale des adultes âgés grâce aux systèmes de rappels aux fournisseurs de SSP; 4. une revue de la documentation sur la réduction du fardeau de la maladie associée à quatre initiatives d’amélioration de la gestion des maladies chroniques en SSP qui ont des effetsbénéfiques sur la santé : un suivi plus étroit de la tension artérielle; une prise en charge plus stricte du diabète; une participation accrue aux programmes de dépistage du cancer et une continuité des soins plus rigoureuse.
  • Trois des quatre approches utilisées pour ce rapport indiquent qu’un meilleur rendement des SSP au Canada générerait des avantages économiques : les améliorations de la santé qui en résultentont en effet un impact positif sur l’emploi, la productivité et la croissance économique. La simulation démontre d’ailleurs que l’accroissement du taux de vaccination antigrippale de la population âgéeentraîne des économies de coûts, que de meilleurs résultats d’une prise en charge efficace des maladies chroniques donnent lieu à des économies grâce à une réduction du nombre d’hospitalisations,de consultations professionnelles et de visites aux urgences, ainsi qu’à une augmentation de la productivité, et que l’amélioration de la continuité des soins est associée à une utilisation moindre des ressources et à une réduction des coûts de santé. Pour ce qui est de l’intégration de pharmaciens aux équipes de SSP, la documentation montre qu’elle a des répercussions positives sur la santé, mais les études sur son impact économique ne sont pas concluantes.
  • Le rapport constate des lacunes de connaissances et des faiblesses structurelles dans les systèmes de SSP canadiens actuels. Il recommande la création d’un organisme de coordination pancanadien ainsi que de nouveaux investissements pour améliorer le rendement des SSP, la recherche sur les SSPet l’évaluation des SSP au Canada.