Rédiger en fonction du lecteur – L’approche 1:3:25

2001

On n’écrit pas un résumé de recherche pour les décideurs comme on écrit un article destiné à une revue scientifique. À différente intention, différente approche.

L’approche à utiliser pour écrire aux décideurs est celle du « 1:3:25 ». Commencez par une page listant vos messages clés, suivie d’un résumé de trois pages et d’un rapport de maximum 25 pages, le tout rédigé dans des termes compréhensibles pour les non-initiés.

Messages clés (1 page)

Présentez vos messages clés sous forme de liste à puces. Ces messages sont le cœur de votre document, ce que les décideurs peuvent apprendre de votre projet. Ils n’apparaissent pas nécessairement dans le texte; en fait, ils explicitent plutôt ce que l’on peut en déduire. Ils sont plus pointus que le résumé des résultats, et ils doivent indiquer au lecteur en quoi vous pensez que votre étude le touche ainsi que l’incidence de votre travail sur le sien.

Pour les formuler, faites abstraction de votre texte et pensez à exprimer clairement les conclusions que vous tirez de votre projet. Adaptez-vous au destinataire : qui est-il, et quels éléments parmi ce que vous avez appris doit-il connaître? Par exemple, dans le cas d’une étude qui conclut que les patients qui se sont fait poser une prothèse de hanche retrouvent leur mobilité plus vite s’ils reçoivent des soins à domicile que s’ils demeurent hospitalisés, un des messages clés serait d’encourager le congé hâtif. Il faut l’énoncer explicitement.

Vous pourriez trouver l’exercice difficile – puisque par votre formation, vous vous imposez une distance et avez appris à recueillir des données plutôt qu’à porter un jugement sur elles –, mais c’est un passage obligé pour que votre recherche soit réellement utile aux décideurs. Si vous n’explicitez pas les messages clés vous-même, quelqu’un d’autre qui n’a probablement pas votre bagage le fera.

Si vous n’êtes pas en mesure de dégager des recommandations nettes, utilisez les formulations les plus précises possible. Évitez les phrases creuses comme « il faudra faire d’autres recherches ». Partez de vos messages clés pour définir les questions qu’il reste à explorer.

Résumé (3 pages)

Le résumé est une synthèse de vos résultats qui donne rapidement au décideur auquel vous vous adressez (comme un administrateur de l’hôpital local ou un fonctionnaire ministériel) une idée de la pertinence de votre rapport pour lui. Énoncez les points à l’étude dans votre projet à l’aide de formules et d’exemples à la portée du lecteur, puis récapitulez vos apprentissages. Vos propos doivent être brefs, mais explicites. Il ne s’agit pas ici d’écrire un résumé d’article scientifique : le résumé du rapport ressemble plutôt à un article de journal. Commencez avec les faits les plus accrocheurs, puis décrivez le contexte du projet et donnez les informations de deuxième ordre. Si vous devez préciser votre démarche, la méthode utilisée ou d’autres détails techniques, faites-le en une ligne ou deux.

Rapport (25 pages maximum)

Vous serez peut-être plus à l’aise avec cette longueur (double interligne, police 12 points, marges de 2,5 cm), mais ne tombez pas dans le jargon simplement parce que vous avez de l’espace. Faites passer votre message à l’aide d’anecdotes ou d’histoires. Ensuite, vérifiez que votre façon d’écrire convient au décideur en faisant appel aux partenaires-décideurs. Quels éléments trouvent-ils les plus utiles et les plus intéressants? Que pensent-ils de la langue et du style utilisés?

Un rapport comporte généralement les sept sections suivantes.

Contexte : Nommez l’aspect d’une politique ou le problème de gestion sur lequel porte votre étude. Énoncez la question de recherche clairement. Résumez les connaissances actuelles sur le sujet et l’apport que pourrait avoir votre projet. Les anecdotes conviennent bien à cette section.

Implications : Indiquez ce que vos résultats changeraient pour le décideur. C’est ici que se trouve l’essence de vos messages clés. Si votre rapport risque d’intéresser plusieurs groupes et que vous avez des messages différents pour chacun, organisez ces derniers en sous-sections, en nommant le groupe concerné.

Démarche : Décrivez votre méthode de recherche; précisez le modèle d’étude, les sources des données, les caractéristiques de l’échantillon, le taux de réponse et les techniques d’analyse employées. Expliquez votre travail de collaboration avec les décideurs, et dressez des plans de diffusion des savoirs. Mettez le contenu très technique en annexe; dans cette section, vous devez montrer l’importance des paramètres de la démarche, préciser l’incidence qu’ils pourraient avoir sur les résultats et les conclusions, et justifier pourquoi vous avez choisi cette façon de faire plutôt qu’une autre.

Résultats : Synthétisez les résultats de sorte à mettre en lumière le lien avec les conclusions présentées, en soulignant les thèmes abordés et les messages sous-jacents. Ajoutez des graphiques et des tableaux, si vous pensez qu’une représentation visuelle faciliterait la compréhension. Tout résultat non directement lié aux conclusions devrait aller en annexe.

Autres ressources : Guidez le décideur vers des publications, des sites Web et d’autres sources d’information utiles pour lui.

Recherches ultérieures : Nommez les points à éclaircir en lien avec l’aspect d’une politique ou le problème de gestion examiné en les formulant sous forme de questions. Donnez les grandes lignes d’études qui permettraient de répondre à ces questions.

Références et bibliographie : Dans le rapport, indiquez vos références avec des appels de note en exposant, et placez-les en bloc sous forme de notes de fin (et non dans le corps du texte ou en bas de page). La bibliographie doit comprendre des ressources utiles pour les décideurs et les chercheurs qui voudront approfondir le sujet, et des textes autres que ceux qui ont servi au rapport, y compris des documents faciles à lire dans lesquels les décideurs trouveront du contexte. La liste de références et la bibliographie sont comprises dans les 25 pages du rapport. Cependant, si chaque entrée est annotée, mettez plutôt cette section en annexe.