Amélioration des soins et de l’état de santé des patients atteints de maladies chroniques du rein

Le défi : optimiser la gestion des données afin d’améliorer la prise en charge des maladies chroniques

Le système de santé de la Nouvelle-Écosse a déployé d’immenses efforts pour traiter un volume croissant de renseignements qui a souvent conduit à une surcharge et à une inefficacité sur plusieurs plans. Dans le domaine de la prise en charge des maladies chroniques (et des maladies rénales en particulier), le personnel de santé a principalement connu l’ère des systèmes d’information sur papier. Il était donc impératif que la province adopte un système de gestion de l’information plus efficace qui permette de recueillir et de conserver des données plus solides afin d’améliorer la planification et l’expansion du programme, le processus d’assurance de la qualité, les capacités de recherche clinique et les soins quotidiens aux patients.

Le projet d’amélioration : utiliser le modèle de Wagner pour réorganiser la gestion de l’information

Le Dr Steven D. Soroka, directeur médical du programme de santé rénale, actuellement professeur à la faculté de médecine de l’Université Dalhousie et vice-président des affaires médicales à Capital Health, a mené son projet d’amélioration FORCES dans le cadre du programme de santé rénale de l’établissement, qui offre des services de santé à la plupart des personnes atteintes d’une maladie rénale en NouvelleÉcosse. Le Dr Soroka avait pris conscience de l’avantage pour les personnes souffrant d’une maladie rénale chronique de bénéficier d’un système de gestion de l’information fondé sur le modèle de Wagner sur la prise en charge de la maladie chronique, qui inclut les systèmes d’information clinique et d’aide à la décision. Les trois phases du projet consistaient à créer une base de données solide, à inciter le plus grand nombre de professionnels de la santé à abandonner le système de gestion sur papier et à implanter le système dans l’ensemble de la province.

Le résultat : un programme en trois phases pour restructurer les systèmes de gestion de l’information

La première phase du projet du Dr Soroka a été consacrée à la mise sur pied d’une infrastructure pour les bases de données – 14 bases de données sont achevées – et à leur intégration progressive à une plateforme commune composée de six modules supplémentaires afin d’améliorer la prise en charge quotidienne des patients atteints de maladies rénales. Ce vaste réservoir de données, appelé « Ma néphrologie », est également utilisé pour la planification du programme, le soutien à la qualité des soins et à la sécurité des patients ainsi que pour la recherche sur les résultats. L’abandon du système sur papier au profit des systèmes électroniques par les professionnels de la santé a été le fruit d’un processus itératif. La deuxième phase a fait intervenir un plus grand nombre de personnes, notamment le PDG et le service de technologie de l’information de l’organisme. Le partenariat ainsi formé a donné lieu à une prise en charge de la maladie chronique soutenue par la technologie de l’information. La troisième phase a intégré tous les programmes de santé rénale de la Nouvelle-Écosse dans une vision d’ensemble visant à adopter une stratégie unique de gestion de l’information pour la prise en charge des maladies rénales dans la province.

L’impact : le projet a de grandes chances de stimuler le déploiement du système à l’échelle provinciale

Le Dr Soroka et son équipe envisagent de mettre en place une seule stratégie de gestion de l’information pour la prise en charge des troubles rénaux en Nouvelle-Écosse. En plus d’appuyer la prestation des soins cliniques, la planification du programme, les initiatives sur la qualité et la recherche, cette stratégie sera utile au ministère provincial de la Santé et du Mieux-être pour cerner les tendances liées à la maladie rénale chronique dans la province. Un solide leadership est nécessaire pour atteindre cet objectif. Le projet du Dr Soroka a permis au personnel de santé d’acquérir des compétences essentielles et a contribué à instaurer des principes directeurs favorisant la prise de décisions éclairées par les données probantes durant la mise en oeuvre et la poursuite de l’initiative.

 Dr Steven D. Soroka« Ce projet d’amélioration du programme FORCES a démontré l’absolue nécessité et la supériorité des systèmes de gestion de l’information qui soutiennent la vaste gamme de services d’un système de santé. » 

– Dr Steven D. Soroka, Directeur médical, Programme de santé rénale, Professeur, faculté de médecine, Université Dalhousie, Vice-président des affaires médicales, Capital Health

 

 

Pour en savoir plus sur ce projet ou le programme FORCES veuillez visiter fcass-cfhi.ca/forces ou nous envoyer un courriel à info@cfhi-fcass.ca.