Nouveaux Résultats : un programme novateur améliore la vie des personnes âgées atteintes de démence à Terre-Neuve-et-Labrador et à l’Île-du-Prince-Édouard

févr. 10, 2020

St. John’s, le 13 novembre 2019. — Aujourd’hui, la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS), le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador et Santé Î.-P.-É. ont annoncé les résultats d’une collaboration visant à réduire correctement l’utilisation d’antipsychotiques chez les personnes atteintes de démence qui vivent dans les établissements de soins de longue durée des deux provinces.

Plus de la moitié des participants à qui on avait prescrit des antipsychotiques sans diagnostic de psychose ont cessé de prendre leurs antipsychotiques ou ont vu leur dose diminuer de façon sécuritaire, ce qui améliore leurs expériences de soin et réduit le risque de mauvais résultats pour la santé.

L’utilisation appropriée des antipsychotiques (UAA) est une approche de soins centrés sur les patients1 qui invite les personnes atteintes de démence, leur famille et leurs soignants à comprendre les causes des comportements ainsi que les problèmes sous-jacents, comme la douleur, et à trouver des moyens de répondre aux besoins non comblés de chaque patient en fonction de ses antécédents et de son histoire biographique. L’approche vise à revoir la pertinence de la prise d’antipsychotiques et à créer des plans de soins personnalisés comprenant des activités utiles et agréables, comme l’exercice, la zoothérapie ou la musicothérapie. Elle crée ainsi un milieu favorable où les résidents se sentent calmes, à leur aise et en sécurité.

L’initiative a engendré plusieurs résultats positifs :

  • À Terre-Neuve-et-Labrador, 52 % des résidents2 sans diagnostic de psychose prenant des antipsychotiques sur ordonnance ont cessé d’en prendre (30 %) ou vu leur dose diminuer (22 %).
  • À l’Île-du-Prince-Édouard, 53 % des résidents2 sans diagnostic de psychose prenant des antipsychotiques sur ordonnance ont cessé d’en prendre (25 %) ou vu leur dose diminuer (28 %).
  • On n’a constaté, chez ces résidents, aucun changement dans les comportements agressifs physiques ou verbaux.

Les résultats ont été annoncés lors d’un atelier à St. John’s, qui rassemblait les équipes participantes des deux provinces. On invite les équipes de deux provinces de participer au Défi Momentum, un programme de la FCASS ouvert sur invitation uniquement qui les aidera à accroître la portée de leur innovation et à en pérenniser les retombées.

Cette collaboration, qui encourage la prestation de soins de la démence axés sur les patients et l’utilisation appropriée des antipsychotiques, a vu le jour en janvier 2018. Elle réunit les 39 établissements de soins de longue durée financés par le secteur public de Terre-Neuve-et-Labrador, les 9 de l’Île-du-Prince-Édouard, et les 5 de l’initiative LEAP pour la qualité des soins aux aînés (Seniors Quality Leap Initiative) — un réseau nord-américain d’établissements de soins de longue durée déterminés à améliorer les soins cliniques et la sécurité des personnes âgées.

Au Canada, plus de 419 000 aînés (65 ans et plus) ont reçu un diagnostic de démence, et plus de 78 000 nouveaux cas sont recensés chaque année dans ce groupe d’âge . Pour atténuer les comportements associés à la maladie, comme l’agitation et l’agressivité, les établissements de soins de longue durée font souvent prescrire des antipsychotiques. Cependant, on manque de données probantes pour attester l’efficacité de ces médicaments chez les patients sans diagnostic de psychose, et ces médicaments comportent un risque d’effets secondaires importants : confusion, étourdissements, accidents vasculaires cérébraux, et même décès.

Grâce au déploiement du programme au Québec, au Nouveau-Brunswick, à Terre-Neuve-et-Labrador et à l’Île-du-Prince-Édouard, la FCASS a aidé plus de 300 équipes à offrir davantage de soins de la démence axés sur les patients et à réduire l’utilisation potentiellement inappropriée d’antipsychotiques.

Avec ses partenaires, la FCASS a mis au point des ressources et outils qui expliquent aux personnes et aux organismes le fonctionnement de ces médicaments, suscitent des discussions sur leur utilisation appropriée et encouragent l’amélioration à long terme des approches de soins axées sur les patients. Gratuites et disponibles sur le site Web de la FCASS, ces ressources comprennent des modules de formation utilisés à Terre-Neuve-et-Labrador et à l’Île-du-Prince-Édouard ainsi que des ressources de l’Institut canadien pour la sécurité des patients, de Choisir avec soin et de la Société Alzheimer du Canada.

Pour la liste complète des établissements participants et des résultats régionaux, consulter le https://www.cfhi-fcass.ca/sf-docs/default-source/collaborations/aua-nfld-pei-backgrounder-f.pdf.

Citations

« Nous sommes très satisfaits des progrès réalisés à ce jour, et nous souhaitons remercier les familles et le personnel des établissements de soins de longue durée de la province qui ont adopté l’utilisation appropriée des antipsychotiques. Leur travail et le soutien de la FCASS ont permis d’améliorer la qualité des soins offerts aux résidents ainsi que leur qualité de vie. Même si le projet est maintenant terminé, nous ne cesserons pas de travailler à améliorer les résultats dans le domaine », déclare John Haggie, ministre de la Santé et des Services communautaires de Terre-Neuve-et-Labrador.

« Nous sommes vraiment fiers de la façon dont les établissements de soins de longue durée ont adopté cette approche de soins, et nous les félicitions de leur dévouement et de leur leadership, indique Andrew McDougall, directeur des soins de longue durée de Santé Î.-P.-É. Nous collaborerons avec des établissements de soins de longue durée privés pour étendre la portée de l’approche UAA. »

La femme de David Clothier, Madonna, est résidente à Bay St. George, à Terre-Neuve-et-Labrador. Grâce à l’approche UAA, elle a vu sa dose d’antipsychotiques diminuer. « Madonna vivait dans une sorte de brouillard, raconte M. Clothier. Une fois sa dose réduite, il s’est dissipé. Elle a commencé à me donner la main, et on se promène presque tous les jours. Elle se montre plus réceptive aux autres : elle interagit avec le personnel et avec les résidents. »

« Nous sommes ravis de souligner le rôle qu’ont joué Terre-Neuve-et-Labrador et l’Île-du-Prince-Édouard dans l’amélioration des soins aux personnes atteintes de démence, déclare Jennifer Zelmer, présidente-directrice générale de la FCASS. Leurs efforts aideront à réduire l’utilisation potentiellement inappropriée d’antipsychotiques à l’échelle du pays. En 2013-2014, environ un résident d’établissement de soins de longue durée sur trois, n’ayant pas de diagnostic de psychose, prenait des antipsychotiques sur ordonnance. En 2017-2018, cette proportion est passée à un sur cinq. »

Témoignages de patients

Pour en savoir plus, consulter le https://www.fcass-cfhi.ca/WhatWeDo/appropriate-use-of-antipsychotics.

M. David Clothier, Kathleen McCourt, I.A., coordonnatrice des soins aux résidents, et Mme Madonna Clothier, résidente, centre de soins de longue durée Bay St. George, Terre-Neuve-et-Labrador

Prendre part à des activités enrichissantes permet de créer un environnement sain et favorable.
M. David Clothier (à gauche), Kathleen McCourt, I.A., coordonnatrice des soins aux résidents (au centre), et Mme Madonna Clothier, résidente (à droite), centre de soins de longue durée Bay St. George, Terre-Neuve-et-Labrador


À propos de la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé
La Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé travaille main dans la main avec ses partenaires pour accélérer l’identification, la diffusion et la mise à l’échelle d’innovations qui ont fait leurs preuves dans le domaine des services de santé. Ensemble, nous améliorons durablement l’expérience du patient, la vie professionnelle des prestataires de soins de santé, le rapport qualité-prix des services et la santé de la population canadienne. La FCASS est un organisme sans but lucratif financé par Santé Canada. Visitez le fcass-cfhi.ca pour en savoir plus.

-30-

Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles de Santé Canada.

Pour en savoir plus ou pour organiser une entrevue, communiquer avec :
Graeme Wilkes, directeur principal, Communications et relations gouvernementales
Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé
Téléphone cellulaire : 613 698-7538 | Graeme.Wilkes@cfhi-fcass.ca


1 Dans ce contexte, l’approche axée sur les patients est une façon de penser et d’améliorer les soins selon laquelle les utilisateurs des services de santé participent également à la planification, à l’élaboration et au suivi des soins pour les adapter à leurs besoins.

2 Pourcentage des résidents participant au programme à la fin des phases 1 et 2.

3 Agence de la santé publique du Canada, Une stratégie sur la démence pour le Canada : Ensemble, nous y aspirons. Sur Internet : https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/images/services/publications/diseases-conditions/dementia-strategy/National%20Dementia%20Strategy_FRE.pdf.