Comprendre, améliorer et harmoniser les incitatifs financiers dans la région de Montréal : Concevoir des stratégies novatrices pour accroître le volume et éliminer l'inefficience

nov. 01, 2012

Le défi : maximiser les ressources financières disponibles

Les agences régionales de la santé et des services sociaux du Québec sont chargées de coordonner les services dans leur région, de répartir les fonds entre les établissements et d’assurer une gestion efficiente. Elles rendent compte de leurs activités au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). L'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal (ASSSM) a pour mandat de répartir un budget annuel de 6 milliards de dollars environ entre 45 organismes de santé publics et 26 établissements privés de services de santé de la région de Montréal.

Dans la conjoncture économique actuelle, les systèmes de santé se demandent si les modes de financement des services sociaux et de santé en vigueur permettent de maximiser la valeur des sommes dépensées. Les prestataires de services sociaux et de santé du territoire couvert par l’ASSSM réclament des fonds supplémentaires pour couvrir l'inflation salariale, acheter de l'équipement et étendre les services à une population vieillissante croissante.

La collaboration : tirer le meilleur parti possible du budget global

En 2012, l'ASSSM s’est associée à la Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé (qui s'appelait à l'époque Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé) afin de trouver comment utiliser de façon optimale les incitatifs pour relever le défi de répartir le budget global qu’elles reçoivent (qu’elle reçoit) du MSSS de sorte à en tirer le meilleur parti possible.

Le résultat : deux rapports recommandent l'équilibre et l'harmonisation

Ce partenariat a donné lieu à deux rapports exhaustifs :

La recherche, dirigée par Jason Sutherland, du Centre for Health Services and Policy Research de l'Université de la Colombie-Britannique, a fait état des options qui s'offrent à l’ASSSM. Les auteurs soulignent la nécessité d'équilibrer l'amélioration de l'accès et l'accroissement du volume, de contrôler la croissance des dépenses, de préserver la qualité, et d'assurer l'aptitude à court et à long terme de s'adapter à la modification des modes de financement (premier rapport). Ils examinent ensuite les atouts et les faiblesses des modes de financement actuels au Québec, présentent une analyse du financement à l'intérieur de la région et formulent une série de recommandations pour mieux harmoniser les incitatifs financiers avec les objectifs de l’ASSSM (deuxième rapport).

L'impact : une réforme du financement éclairée par des données probantes

L’information et les données probantes contenues dans les deux rapports éclaireront la prise de décisions de l’ASSSM sur le financement et la répartition des ressources à l'intérieur de la région.

Pour en savoir plus sur ce projet, nous envoyer un courriel à info@cfhi-fcass.ca