Modifier les politiques publiques pour favoriser la santé des collectivités

déc. 08, 2013

Le défi 

Dans la région de Peel, en Ontario, le nombre de cas de diabète monte en flèche : les taux pour la seule municipalité de Peel (10 %) sont supérieurs à la moyenne provinciale (8,3 %). L’environnement physique et social sont les causes sous-jacentes de la sédentarité, de la mauvaise alimentation et de l’inactivité physique, principaux facteurs de risque du diabète. Cet environnement est particulièrement néfaste pour près de 25 % des résidents de Peel qui sont d’origine sud-asiatique et plus susceptibles de souffrir de cette maladie. Les prévisions indiquent que, si l’on n’intervient pas, une personne sur six pourrait être atteinte de diabète d’ici 2025, mettant ainsi en péril la santé et le bien-être de la population de Peel, la viabilité de son système de santé et la productivité de sa main-d’oeuvre. 

Le projet d’amélioration 

Dans le cadre de leur projet financé par la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS), les boursières FORCES, Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste adjointe, et Gayle Bursey, directrice, Maladies chroniques et prévention des blessures, de l’autorité sanitaire Peel Public Health, visent à modifier les politiques publiques et à apporter des changements organisationnels liés à l’activité, à l’alimentation et à l’utilisation des sols pouvant profiter aux résidents de Peel, notamment en veillant à ce que l’analyse des politiques de Peel Public Health soit plus rigoureuse et en incitant la collectivité à participer à la modification des politiques, en particulier pour la communauté sud-asiatique de  Peel. Afin d’appuyer cet effort, elles ont procédé à l’examen des données probantes sur les cadres d’analyse des politiques et la participation communautaire ainsi que de la documentation sur les initiatives d’élaboration de politiques antérieures de Peel Public Health.

« Le succès de la formation repose sur l’utilisation des examens des données probantes pour éclairer l’élaboration des cadres d’analyse des politiques et les ateliers à l’intention du personnel organisés par la suite », a déclaré Dre de Villa.

Une série d’ateliers de formation a été offerte au personnel de Peel Public Health. Le premier atelier de deux jours devait permettre aux 129 employés de la division des maladies chroniques et de la prévention des blessures d’améliorer leurs compétences en matière de rédaction. Le deuxième portait sur le perfectionnement des compétences en matière d’analyse des politiques et s’adressait aux 33 cadres, analystes, conseillers et membres du personnel de première ligne participant à l’élaboration des politiques de Peel Public Health. Ces deux ateliers interactifs ont offert au personnel la possibilité de mettre en application leurs nouvelles compétences en faisant appel à des études de cas et de recevoir une rétroaction immédiate des animateurs des ateliers.

La modification des politiques au sein de l’organisme et dans toute la région de Peel s’est déroulée comme suit : description du problème, détermination du problème comme étant une priorité stratégique, élaboration d’une stratégie pour résoudre le problème qui tienne compte de la diversité et des inégalités en matière de santé, discussion des changements de politique avec les cadres supérieurs en vue d’obtenir leur participation et leur appui, élaboration de politiques dans des établissements à qui l’autorité sanitaire de Peel est tenu de rendre compte et dans des organismes culturels.

Principaux résultats et impact

L’évaluation des ateliers révèle que le personnel a acquis de nouvelles compétences, connaissances et un regain de confiance en ce qui a trait à l’analyse des politiques. Le processus de formation a permis de faire l’essai de plusieurs outils d’analyse des politiques qui sont actuellement utilisés par le personnel de Peel Public Health. Diverses activités ont jalonné les progrès en vue de modifier les politiques, dont deux grands forums organisés à l’intention des dirigeants communautaires, 18 annonces dans les médias (au réseau anglais de Radio- Canada et dans le Globe and Mail, par exemple), 15 résolutions de conseils et l’adoption de quatre politiques au sein d’organismes communautaires liées à l’activité, à l’alimentation et à l’utilisation des sols. Ainsi, le conseil régional a adopté une résolution, enjoignant la région de Peel, en tant qu’organisme, de devenir un employeur modèle en ce qui concerne les modes de vie sains. Elle devait notamment en tenir compte dans la conception des immeubles et installations de la région ainsi que dans l’élaboration de projets d’amélioration des services et faire en sorte que les mesures mises en place encouragent l’activité physique et réduisent la sédentarité au sein de sa main-d’oeuvre. La région de Peel a adopté diverses mesures à la suite de cette demande : rangement de vélos, incitations à faire une utilisation accrue des escaliers, amélioration de l’espace extérieur. En outre, plusieurs organismes communautaires ont adopté des politiques alimentaires saines et des lignes directrices favorisant les modes de vie actifs dans les installations collectives (parcs, écoles, logements sociaux, par exemple).

« Le profilage des leaders qui se sont engagés à modifier les politiques, tant dans la région de Peel que dans la communauté sud-asiatique, a été essentiel au succès du projet », fait valoir Gayle Bursey.

Cette approche de l’analyse des politiques et de la participation communautaire est applicable dans l’ensemble des pratiques de santé publique, mais elle a bénéficié d’un important appui des dirigeants et d’un investissement considérable de ressources. Ce projet a encouragé le leadership et la collaboration entre les divers ordres de gouvernement (p. ex. municipal et régional) au sein de la région de Peel et à l’extérieur. Ainsi, Peel Public Health, en partenariat avec le réseau SAPNA (South Asian Professional Network for Health Awareness), a organisé un événement communautaire qui a suscité un vif intérêt pour de nouvelles approches de la prévention du diabète, d’éminents dirigeants communautaires s’étant engagés à modifier les politiques au sein de leur organisme. La participation du public continuera d’avoir à l’avenir un impact important sur la prévention du diabète. Les résultats préliminaires et les premiers succès enregistrés dans les organismes de la région de Peel feront levier pour instaurer pareille modification des politiques dans un plus grand nombre d’établissements et mettre en oeuvre des changements plus complexes et à plus long terme tant pour ce qui est des politiques que de l’environnement.

 

Dr. Eileen de VillaDr. Eileen de Villa, médecin hygiéniste adjointe
Peel Public Health 
Ontario

 

 

Gayle BurseyGayle Bursey, directrice, Maladies chroniques et prévention des blessures
Peel Public Health
Ontario

 

 


Pour en savoir plus sur ce projet ou le programme FORCES veuillez visiter fcass-cfhi.ca/forces ou nous envoyer un courriel à info@cfhi-fcass.ca.