OPUS-AP logo

Les aînés se font souvent prescrire des antipsychotiques pour la prise en charge des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence. Pourtant, dans la plupart des cas, les approches non pharmaceutiques seraient un traitement de première intention plus approprié et efficace. Les antipsychotiques peuvent causer des effets secondaires ou des complications graves et ne devraient être utilisés que selon des lignes directrices strictes et pour des périodes limitées.

L’utilisation inappropriée d’antipsychotiques touche les institutions de soins de longue durée de tout le Canada. Le Québec est la province qui a le plus haut taux de prescription d’antipsychotiques chez les personnes de 65 ans et plus : dans certains institutions de soins de longue durée de la province, de 40 à 60 % des résidents se sont fait prescrire des antipsychotiques.

En 2017, les autorités gouvernementales et les chefs de la direction de tous les institutions de santé et de services sociaux du Québec qui prodiguent des soins de longue durée ont convenu de lancer un projet collaboratif intégré. Ce projet, Optimiser les pratiques, les usages, les soins et les services – Antipsychotique (OPUS-AP), fonctionne en partenariat étroit avec la FCASS, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) et des experts québécois des quatre réseaux de recherche; il s’inspire de l’initiative Utilisation appropriée des antipsychotiques (UAA) de la FCASS. Le projet OPUS-AP vise à améliorer la qualité et l’expérience de soins dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) pour les personnes atteintes de démence, leurs proches et le personnel.


Le projet collaboratif comporte deux phases :

  • Phase I [avril 2017 à octobre 2018] : 24 centres de soins de longue durée (une unité par institution)
  • Phase II [janvier 2019 à avril 2020] : 134 centres de soins de longue durée (325 unités dans les institutions)

Phase I

La phase I du projet collaboratif OPUS-AP est maintenant terminée. Elle a permis de faire cesser la prise d’antipsychotiques ou d’en réduire la dose chez 85,9 % des résidents chez qui la déprescription a été tentée. Dans les organisations participantes, le projet collaboratif a aussi eu des retombées positives sur l’expérience du patient, la santé de la population et la vie professionnelle des prestataires de soins de santé, en plus de réduire les coûts. Pour en savoir plus sur le déroulement de la phase I du projet OPUS-AP, écoutez le témoignage d’une chef d’unité et chargée de projet participante. Pour connaître les résultats de la phase I, consultez l’affiche ci-dessous.

Phase II

La phase II du projet OPUS-AP est en cours. Visionnez notre vidéo d’une séance de formation des formateurs.

OPUS-AP Logos

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec:

info@cfhi-fcass.ca
613-728-2238