Utilisation appropriée des antipsychotiques Dans les établissements de soins de longue durée (ESLD) du pays, 1 résident sur 5 prend des antipsychotiques sans avoir reçu un diagnostic de psychose. Les antipsychotiques sont souvent utilisés pour gérer des comportements associés à la démence, notamment l’agitation et l’agressivité. Cependant, leur efficacité n’est pas suffisamment prouvée. Ces médicaments présentent par ailleurs un risque d’effets secondaires graves (confusion, étourdissement, accident vasculaire cérébral).

Heureusement, le taux d’utilisation d’antipsychotiques chez les résidents d’ESLD sans diagnostic de psychose diminue au Canada grâce aux efforts des conseils provinciaux sur la qualité des services de santé, des autorités publiques, d’associations, de prestataires et de nombreux autres intervenants qui élargissent la portée des programmes d’utilisation appropriée des antipsychotiques (UAA).

L’UAA est une démarche centrée sur les personnes, où personnel et familles de résidents participent à l’élaboration d’approches de soins personnalisés tenant compte des préférences du patient et des éléments déclencheurs des comportements.

La FCASS contribue aux efforts d’amélioration des soins aux aînés par l’accompagnement du développement, la diffusion et la mise à l’échelle de l’approche UAA au Canada.


Origines du projet UAA

Le projet collaboratif sur la réduction des antipsychotiques trouve ses racines dans le  programme FORCES de formation pour cadres .de la FCASS. Deux gestionnaires de l’Office régional de la santé de Winnipeg ont conçu une initiative pour aider des équipes multidisciplinaires de fournisseurs de soins de santé à mieux utiliser les données de l’instrument d’évaluation des résidents - fichier minimal. L’objectif : identifier les patients dont les troubles du comportement associés à la démence pourraient être traités par des thérapies non médicamenteuses.

Sur l’un des sites, le personnel a été formé pour offrir des approches non pharmacologiques de la gestion des comportements associés à la démence. Résultats :

  • La prise de médicaments antipsychotiques a pu être interrompue chez 27 % des résidents d’une cohorte sans que soit constatée aucune augmentation des symptômes comportementaux.
  • La qualité de vie des patients s’est améliorée.
  • Des économies de 400 000 $ ont été réalisées dans la région sur une période de six mois.

Diffusion et mise à l’échelle du projet collaboratif UAA

Diffusion et mise à l’échelle du projet collaboratif UAA   

Fonctionnement

La FCASS offre une formation et un encadrement sur mesure aux équipes interprofessionnelles des ESLD (dont le personnel infirmier, les préposés, les médecins, les pharmaciens et le personnel administratif) afin qu’elles puissent mieux utiliser les données pour identifier les patients dont les comportements associés à la démence pourraient être traités par des thérapies non médicamenteuses. Mieux informé sur les particularités propres à chaque résident, le personnel de première ligne pourra proposer des approches permettant au patient de se sentir à l’aise et en sécurité, avec par exemple des thérapies et des activités récréatives utiles et agréables, comme la musicothérapie ou la zoothérapie.

L’approche UAA

Infographic AUA

Mise à jour : février 2019

Sous-titres en français

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec:

info@cfhi-fcass.ca
613-728-2238