Résident et membre de la famillePour atténuer les comportements associés à la démence, comme l’agitation et l’agressivité, les établissements de soins de longue durée (ESLD) prescrivent souvent des antipsychotiques. Cependant, on manque de données probantes pour attester l’efficacité de ces médicaments, qui comportent un risque d’effets secondaires importants : confusion, étourdissements, accidents vasculaires cérébraux, et même décès.

En collaboration avec les ESLD, la FCASS travaille à améliorer l’accès aux soins de la démence centrés sur la personne en faisant connaître à l’échelle nationale l’approche Utilisation appropriée des antipsychotiques (UAA).

Cette approche1 invite les personnes atteintes de démence, leur famille et leurs soignants à trouver des moyens de répondre aux besoins non comblés de chaque patient en fonction de ses antécédents. Elle encourage à revoir la pertinence de la prise d’antipsychotiques et à comprendre les problèmes à l’origine des comportements.

Les résidents gagnent à voir leur prise de médicaments évaluée et réduite ou arrêtée adéquatement si elle n’est plus nécessaire, car cela atténue le risque de mauvais résultats pour la santé. Cette façon de faire peut aussi améliorer leurs expériences de soin et leur qualité de vie.

Heureusement, au Canada, les cas d’utilisation potentiellement inappropriée d’antipsychotiques sont à la baisse grâce aux efforts des prestataires, des conseils provinciaux sur la qualité des soins de santé, des gouvernements, d’associations et de nombreux autres intervenants qui élargissent la portée des programmes d’utilisation appropriée. En 2013-2014, environ un résident d’ESLD sur trois n’ayant pas de diagnostic de psychose prenait des antipsychotiques sur ordonnance. En 2017-2018, cette proportion était passée à un sur cinq.


Origines du projet UAA

L’UAA trouve son origine dans le programme de la FCASS FORCES : Programme de formation pour cadres. Cynthia Sinclair et Joe Puchniak, deux cadres de l’Office régional de la santé de Winnipeg, ont élaboré une initiative visant à aider les équipes multidisciplinaires de prestataires de soins à mieux utiliser les données du Resident Assessment Instrument/Minimum Data Set. L’objectif était de repérer les patients qui pourraient tirer avantage de traitements non médicamenteux pour corriger des problèmes de comportements associés à la démence.

Dans un établissement, le personnel a été formé pour offrir des approches non pharmacologiques de la gestion des comportements associés à la démence. Voici les résultats :

  • La prise de médicaments antipsychotiques a pu être interrompue chez 27 % des résidents d’une cohorte sans que soit constatée la moindre augmentation des symptômes comportementaux.
  • L’expérience et la qualité de vie des patients se sont améliorées.
  • Des économies de 400 000 $ ont été réalisées dans la région sur une période de six mois.

Diffusion et mise à l’échelle du projet collaboratif UAA

Diffusion et mise à l’échelle du projet collaboratif UAA   

Fonctionnement du projet collaboratif UAA

La FCASS offre une formation et un encadrement sur mesure aux équipes interprofessionnelles des ESLD (personnel infirmier, préposés, médecins, pharmaciens, personnel administratif, etc.) afin qu’elles puissent mieux utiliser les données pour repérer les patients dont les comportements associés à la démence pourraient être traités par des thérapies non médicamenteuses. Mieux informées sur les particularités de chaque résident, ces équipes pourront, avec les résidents et leur famille, concevoir et proposer des approches permettant au résident de se sentir à l’aise et en sécurité, avec par exemple des thérapies et des activités récréatives utiles et agréables, comme la musicothérapie ou la zoothérapie. Elles pourront aussi créer un milieu favorable où les résidents voient leurs besoins comblés et leur confort, rehaussé.

Approche UAA

Infographic AUA

Ressources

La FCASS a mis au point des ressources et des outils qui expliquent le fonctionnement de ces médicaments, suscitent des discussions sur leur utilisation appropriée et encouragent l’amélioration à long terme des approches de soins axées sur les patients.

 


1 Dans ce contexte, l’approche axée sur les patients est une façon de penser et d’améliorer les soins selon laquelle les utilisateurs des services de santé participent également à la planification, à l’élaboration et au suivi des soins pour les adapter à leurs besoins.

Mise à jour : novembre 2019

Sous-titres en français

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec:

info@cfhi-fcass.ca
613-728-2238