Entraide des pairs au Centre de toxicomanie et de santé mentale

par admin admin | août 18, 2010

Messages principaux

Le pair travailleur membre de l'équipe soignante apporte un point de vue inédit qui insuffle de l'espoir aux personnes éprouvant un problème de santé mentale ou de toxicomanie et leur facilite la voie du rétablissement.

Une préparation minutieuse et la formation des membres de l'équipe et du pair travailleur sont les éléments essentiels à l'intégration de ce dernier à l'équipe soignante.

La présence du pair travailleur est bénéfique pour l'équipe soignante qui est ainsi mieux à même de comprendre le point de vue du client.

Le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CTSM) a adopté ce modèle dans son programme d'entraide des pairs.

Le Centre de toxicomanie et de santé mentale est le plus grand hôpital d'enseignement dans les domaines de la santé mentale et de la toxicomanie du Canada. Le Centre, situé à Toronto, tire une grande fierté de sa pratique centrée sur le client, adaptée à ses besoins particuliers. De plus, il est conscient que, parfois, c'est une personne qui a vécu la même chose qui peut le mieux combler ces besoins.

C'est dans cette optique que le Centre a mis sur pied son programme d'entraide des pairs dans le cadre duquel des « pairs » — des personnes qui ont éprouvé un problème de santé mentale ou de toxicomanie – sont affiliés aux équipes soignantes afin de soutenir les clients. Le programme compte 12 pairs travailleurs formés précisément dans ce but qui font profiter le CTSM de leur expérience particulière : 10 qui oeuvrent dans le programme de prise en charge de la schizophrénie, un dans le programme des troubles de l'humeur et de l'anxiété et un dans le programme de toxicomanie.

Les pairs y exercent des fonctions inédites, lesquelles varient selon les besoins particuliers des clients. Ils rencontrent les clients sur une base individuelle, en plus d'animer des séances de groupes sur divers sujets. À titre de membre de l'équipe soignante, ils agissent comme représentants du client et de l'équipe.

En fait, ils interviennent à titre d'éducateurs, de défenseurs des intérêts des clients, de lien entre ceuxci et les ressources communautaires et de partenaires au fil du rétablissement. Ils misent sur les atouts et les ressources du client et ils tirent parti de leur expérience afin que la situation du client ne se résume pas à la maladie, mais qu'elle évolue vers le rétablissement et l'habilitation. Ils sont une source d'empathie, de compassion et d'expérience, mais plus que tout, ils y mettent tout leur coeur.

Avantages mutuels

Madame Carrie Clark, clinicienne en pratique avancée, précise que, aux yeux de l'équipe soignante, le pair travailleur fait partie intégrante de l'équipe, que ses points de vue sont bien accueillis; cette façon de voir constitue pour elle un aspect important du programme. « L'équipe à qui l'on fait connaître l'expérience vécue par le pair est en mesure de comprendre la perspective du client », ajoute-t-elle.

Le pair travailleur retire lui aussi des avantages de sa participation au programme. Mentionnons notamment le fait d'occuper un emploi. En outre, dans l'exercice de ses fonctions, il a la possibilité de proposer des changements et de promouvoir les intérêts des clients.

Jeremiah Bach est un pair travailleur au CTSM depuis août 2009. En plus d'offrir de l'entraide individuelle, il dirige un collectif d'auteurs et un groupe d'information sur l'actualité dans le programme. Il est convaincu que les connaissances et les aptitudes provenant de l'expérience sont tout aussi utiles que le « volet clinique ». « Nous avons une certaine connaissance du système, celle qu'acquiert l'usager », dit-il. Il est d'avis que les pairs travailleurs suscitent de l'espoir chez les clients parce qu'ils ont surmonté les défis que ceux-ci affrontent.


Le pair qui m'accompagne a traversé cette épreuve,is sait de quoi il parle. [Il] est une source non seulement d'inspiration, mais également d'espoir. »


L'un des points majeurs du programme demeure le fait que les clients, à l'hôpital ou aux consultations externes, bénéficient de l'immense réconfort qu'apporte le fait de jouir de l'entraide d'une personne qui a traversé la même épreuve qu'eux et qui comprend très bien ce qu'ils vivent. Les clients nouent des relations étroites avec les pairs travailleurs – une relation qui diffère de celle qu'ils entretiennent avec un thérapeute. « [Le pair travailleur] va au-delà de mes attentes », de dire un client. « Elle m'écoute dans un esprit proactif afin de m'aider à aborder les sujets qui me préoccupent… Elle m'encourage à affronter de nouveaux défis et me soutient dans cet élan… Elle parle d'expérience. [Il] est une source non seulement d'inspiration, mais également d'espoir. »

Une nouvelle mentalité

Le programme, qui a vu le jour en 2007, poursuit sur sa lancée en partenariat avec le Conseil d'autonomie du client du CTSM et l'Association canadienne pour la santé mentale. Bien que le principe fondamental du programme ne soit pas nouveau – des initiatives thérapeutiques communautaires font appel à des pairs depuis longtemps, particulièrement dans le domaine de la toxicomanie –, le programme du CTSM a ceci de distinctif qu'il implante ce principe dans le milieu hospitalier.

Dans sa structure classique, l'équipe soignante a peu l'habitude de compter des clients ou d'anciens clients comme membres. Mme Clark avoue que leur présence a provoqué une certaine fébrilité au début et qu'elle a nécessité un véritable changement de mentalité dans l'organisme. La réussite du programme repose sur la promotion de ce nouveau rôle des pairs, l'obtention du soutien de la collectivité et du personnel et la mise en place d'un programme de formation approfondie. Même dans ce contexte, plus de 200 personnes ont posé leur candidature aux huit premiers postes de pair travailleur. Mme Clark précise que, pour faciliter la transition, l'organisme a veillé à préparer les équipes à accueillir les pairs et a pris en compte leurs préoccupations, dont bon nombre avaient trait à la relation entre ces pairs et les cliniciens.

La rétroaction au sujet du programme est éminemment positive. Les clients s'en disent très satisfaits et les pairs travailleurs ont enclenché plusieurs initiatives novatrices, dont un programme d'adoption d'un animal familier, un club de bouche-à-oreille du mois et des groupes de rétablissement. Le CTSM en est à l'évaluation du retentissement du programme d'entraide des pairs; les résultats de cette évaluation devraient être connus à l'automne 2010.

« C'est réjouissant de constater à quel point le personnel a bien accueilli les pairs travailleurs », de dire Mme Clark. « Les retombées pour l'organisme sont immenses, ne serait-ce que la défense des intérêts des clients, la programmation collective, l'entraide et le soutien communautaire. »

Personne-ressource:

Carrie Clark
Clinicienne en pratique avancée
Centre de toxicomanie et de santé mentale
Carrie_clark@camh.net

Ce numéro de Passez le mot! présente quatre organismes de santé du Canada qui portent sur quatre organismes de santé canadiens qui ont intégré le patient dans l’équipe soignante.

Autres numéros de la série :

Mise en garde :

Passez le mot! est publié par la Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé. Financée dans le cadre d’une entente conclue avec le gouvernement du Canada, la FCRSS est un organisme indépendant et sans but lucratif qui a pour mandat de promouvoir l’utilisation des données probantes afin de renforcer l’offre de services destinés à améliorer la santé des Canadiens et des Canadiennes. Les opinions et les intérêts exprimés par les personnes distribuant ce document ne représentent pas nécessairement ceux du gouvernement du Canada. © FCRSS 2010