deux super-heroes 'a bas les mythes'

À bas les mythes est une série d’articles qui résument les meilleures données probantes pour contester des croyances largement répandues à l’égard des enjeux relatifs aux services de santé au Canada. Ils ont été rédigés entre 1998 et 2003. Aussi convient-il de noter que l’information était d’actualité à la date de publication.

 

Parcourez les archives

01 / juil. / 2008
Mythe : Lorsqu’il s’agit de services de santé, plus, c’est toujours mieux
Même si les Canadiens peuvent se sentir rassurés lorsqu’ils vivent à proximité des services de santé et qu’ils ont accès rapidement aux ressources médicales, les recherches donnent à penser qu’il peut s’agir d’un faux sentiment de sécurité.
01 / mars / 2008
Mythe : Exode massif des médecins canadiens vers les États-Unis
Il ne fait aucun doute que le Canada perd certains de ses médecins, en particulier au profit des États-Unis. Au pire, cet exode s’apparente davantage à un mince filet qu’à un torrent impétueux.
01 / déc. / 2007
Mythe : Le financement des services de santé au Canada est non viable
Les Canadiens ne se demandent pas si le système de santé est à la mesure des contribuables, mais plutôt s’il sera là quand ils en auront besoin. La réponse à cette question dépend d’un fait simple : le régime d’assurance maladie est aussi viable que les Canadiens souhaitent qu’il le soit.
01 / sept. / 2007
Mythe : La publicité s'adressant directement au consommateur permet d'informer le patient
La publicité destinée au grand public s’est révélée efficace pour faire vendre les médicaments et gonfler les profits, mais pas pour éduquer le public.

Aperçu: La FCASS aide des hôpitaux à mettre en place le projet collaboratif ACE (Acute care for elders – Soins actifs pour les personnes âgées)

Souvent, les aînés canadiens se présentent à l’hôpital avec de nombreuses affections interreliées, chroniques et graves en plus d’être affectés par des problèmes d’ordre social. Cette population ne trouve néanmoins pas toujours son compte dans les modèles de soins hospitaliers. Aussi, nous devons repenser l’organisation et la prestation des soins aux personnes âgées.

Pour en savoir davantage