Octobre 2018

Au Foyer Beach Grove, le plus important établissement de soins de longue durée à Santé l’Île-du-Prince-Édouard, les pratiques changent. Les mêmes changements sont apportés dans le Labrador West Health Centre, situé à Terre-Neuve-et-Labrador.

Les soins prodigués aux personnes atteintes de démence seront désormais axés sur les besoins de la personne et de sa famille, et le recours à certains médicaments est réduit. Ces deux changements améliorent la qualité de vie des résidents.

Au Canada, un résident d’établissement de soins de longue durée sur cinq prend des antipsychotiques sans avoir reçu de diagnostic de psychose. Ces médicaments sont souvent utilisés pour aider le personnel à gérer les comportements associés à la démence et à contrer la résistance des résidents aux soins. En réaction au recours élevé aux antipsychotiques, la FCASS travaille depuis quatre ans avec des établissements de soins de longue durée au pays pour améliorer les soins prodigués aux personnes âgées en diffusant et en mettant à l’échelle l’utilisation appropriée des antipsychotiques (UAA).

L’approche UAA est une stratégie de soins axés sur la personne qui mobilise l’ensemble du personnel interprofessionnel ainsi que les familles pour concevoir et mettre en œuvre des soins personnalisés de manière conjointe. Grâce à des renseignements de meilleure qualité sur chaque résident, les équipes de soins peuvent adapter les services pour soutenir les résidents.

Beach Grove Resident

Une infirmière du Foyer Beach Grove interagit avec une résidente qui a bénéficié de l’utilisation appropriée des antipsychotiques.

Cette année, en s’appuyant sur les activités déjà en cours au Nouveau-Brunswick et au Québec, la FCASS a annoncé la mise en œuvre de l’approche UAA dans 39 établissements en partenariat avec le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, et dans neuf établissements en partenariat avec Santé Î. P. É.

« Nous sommes enthousiasmés par l’initiative. C’est un projet prometteur, déclare Rochelle Visser, infirmière gestionnaire au Foyer Beach Grove. Les statistiques montrent clairement que la déprescription de médicaments chez les résidents qui n’en ont pas réellement besoin est dans l’intérêt de tous. Nous avons très hâte d’apprendre de la FCASS ainsi que des équipes ayant participé au projet collaboratif pancanadien. »

Le Foyer Beach Grove a commencé à adopter l’approche UAA dans le cadre du projet collaboratif de la FCASS. Le personnel a assisté à des ateliers en mars et avril 2018. Le projet collaboratif sur l’UAA soutient le personnel des établissements de soins de longue durée grâce à diverses activités d’éducation, de formation et de soutien, dont des webinaires mensuels, des ateliers en personne et des séances d’éducation, du mentorat au moyen d’appels d’encadrement et de visites d’établissements, la diffusion de ressources clés ainsi que l’offre d’occasions d’apprentissage entre les pairs. L’approche de la FCASS met l’accent sur la diffusion de solutions et le réseautage entre les régions et les provinces. En mai, le Foyer Beach Grove a commencé la déprescription d’antipsychotiques à ses résidents dans les cas où le personnel l’a jugé adéquat.

« Le personnel a dû surmonter des défis et a appris de l’expérience, selon Mme Visser. Mais le foyer compte sur une équipe solide, dont fait notamment partie l’époux d’une des résidentes. Il a défendu avec vigueur les intérêts de sa femme au cours de sa maladie. Il est d’une très grande aide. Il explique toutes nos activités en mots simples. »

L’enthousiasme et l’optimisme se font également sentir chez le personnel du Labrador West Health Centre, où la formation a commencé au début de 2018. Pour les deux équipes, le succès rapide de l’initiative a été rendu possible grâce à la collaboration et à la possibilité d’apprendre des autres. Le fait d’intégrer progressivement autant de membres du personnel que possible a également été crucial.

« Nous avons souvent discuté de la question de la déprescription, non seulement d’antipsychotiques, mais aussi d’autres médicaments qui interviennent dans les soins de longue durée, déclare Corina Porter, infirmière clinicienne gestionnaire au Labrador West Health Centre. La mesure la plus efficace que nous avons prise a été de faire participer la pharmacienne à la formation. Elle réussit à assurer le suivi des activités de tous les intervenants et de leur emploi du temps. Elle sait quelles activités chacun doit réaliser et à quel endroit. Elle est une pièce essentielle du casse-tête. »

Dans le cadre du projet, l’équipe du Foyer Beach Grove a vu certains de ses membres devenir des champions spontanément. Par exemple, une diététiste de l’équipe a remarqué que deux résidents qui s’étaient vu déprescrire un médicament ont recommencé à prendre plaisir à table. Elle a immédiatement fait le lien avec le projet.

« Nous invitons le personnel d’entretien ménager et l’équipe des services alimentaires au caucus hebdomadaire de l’unité, précise Mme Visser. Ainsi, tout le monde se tient au courant des activités. »

Pour Mme Porter, la participation de l’ensemble des groupes multidisciplinaires demeure un objectif important.

« Le personnel infirmier participe pleinement à l’initiative, ajoute Mme Porter. Si j’avais à apporter un seul changement, ce serait d’intégrer un plus grand nombre de disciplines. »

Même si le processus d’amélioration ne fait que commencer, les deux équipes constatent déjà des réussites; plusieurs résidents se sont déjà vu déprescrire des médicaments. L’équipe apprend énormément sur les moyens de soutenir les résidents et sur des approches non pharmaceutiques axées sur la personne pour calmer les résidents et en prendre soin.

Rochelle Visser Que constatent les équipes au final? Tant Mme Visser que Mme Porter sont ravies des progrès réalisés à ce jour. Les équipes travaillent en synergie et saisissent les occasions de participer au programme. Elles sont enthousiasmées par les résultats rapides du programme pour les résidents.

« Tout le monde est vraiment satisfait du programme. Nous faisons de notre mieux et nous nous efforçons de prodiguer des soins axés sur le patient. Nous utilisons un bon nombre des techniques que nous apprenons dans les cours, auprès de patients qui ne prennent même pas d’antipsychotiques, et nous remarquons des différences, explique Mme Porter. »

« Lorsqu’un résident interagit avec son environnement et jouit d’une meilleure qualité de vie, l’ensemble du personnel le remarque. C’est tellement précieux à nos yeux », soutient Mme Visser.

Le projet collaboratif sur l’UAA est un programme de 18 mois à l’échelle provinciale mis en œuvre dans l’ensemble des établissements de soins de longue durée financés par le gouvernement à l’Île-du-Prince-Édouard et à Terre-Neuve-et-Labrador. Grâce au programme, les intervenants respectent la priorité commune en matière de santé visant à accroître l’utilisation appropriée des médicaments d’ordonnance. Pour obtenir plus de renseignements, rendez-vous à l’adresse www.fcass-cfhi.ca/WhatWeDo/appropriate-use-of-antipsychotics.