LA FCASS élargit l’accès à une approche palliative novatrice qui améliorera les soins de fin de vie

Le 15 janvier 2019 (Ottawa) – La Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS) a annoncé aujourd’hui la conclusion d’un partenariat avec sept organismes de cinq provinces et d’un territoire, partenariat destiné à diffuser l’intégration d’une démarche palliative dans les soins (IDPS). L’IDPS est une innovation éprouvée qui aide le personnel des établissements de soins de longue durée à cibler les résidents qui bénéficieraient d’une approche palliative des soins, à discuter avec eux et leur famille de ce qu’ils veulent, ainsi qu’à élaborer et à mettre en œuvre des plans de soins de santé intégrés.

Les soins palliatifs améliorent la qualité de vie des personnes atteintes de maladies potentiellement mortelles et des familles en facilitant la gestion de la douleur et des problèmes physiques, psychosociaux et spirituels, en soutenant la prise de décisions éclairées sur les traitements agressifs et en aidant les patients à mourir au lieu de leur choix.

Annonce des équipes : dans le cadre de l’expansion initiale, l’approche sera diffusée dans 22 établissements. Pour cela, la FCASS contribuera au financement des organismes suivants :

  • Ministère de la Santé et des Affaires sociales du Yukon
  • Institute for Continuing Care Education and Research (ICCER), Alberta
  • Parkwood Seniors Community, Waterloo, Ontario
  • Services de santé des hautes-terres d’Haliburton, Haliburton, Ontario
  • Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), Québec
  • Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick
  • Western Health, Terre-Neuve-et-Labrador

Grâce à l’approche de « formation du formateur », ce modèle sera ensuite diffusé dans toutes les régions où les organismes participants assument des responsabilités régionales.

L’IDPS a été élaborée par une équipe de Vancouver Coastal Health, en Colombie-Britannique, et a été mise en œuvre dans 48 établissements de soins de longue durée. Entre avril 2014 et mars 2018, elle a permis de réduire de 56 % les transferts aux services d’urgence et de 45 % le nombre de jours passés par les résidents dans des services de soins de courte durée au cours des trois derniers mois de leur vie. En 2017, dans le cadre de son Appel de propositions pour l’innovation en soins palliatifs et de fin de vie, la FCASS a défini cette innovation comme étant prête à être diffusée.

L’approche d'IDPS aide les équipes de soins de longue durée à :

  • cibler les résidents qui bénéficieraient d’une approche palliative des soins;
  • discuter des objectifs de soins avec le résident ou son mandataire spécial;
  • élaborer et mettre en œuvre un plan de soins de santé intégrés, adapté aux besoins et aux souhaits de chaque résident.

Cette approche commune et cohérente de soin aux résidents en fin de vie permet de discuter ouvertement du processus de la mort, sujet parfois tabou, de l’apprivoiser et de le normaliser.

Le projet collaboratif d’IDPS se poursuivra jusqu’en novembre 2019. Ce programme s’inscrit dans les efforts continus de la FCASS visant à collaborer avec des partenaires de tout le Canada pour améliorer les soins et faire en sorte qu’ils répondent aux besoins des patients et des familles.

Les faits en bref

  • 86 % des Canadiens et Canadiennes sont convaincus que les soins palliatifs devraient être prodigués à domicile dans la mesure du possible.
  • Parmi les Canadiens et Canadiennes qui ont une préférence, 75 % souhaiteraient mourir à la maison; chez les résidents des établissements de soins de longue durée, leur établissement est leur domicile.
  • Peu de Canadiens et Canadiennes (15 %) profitent d’un accès précoce aux soins palliatifs à domicile.
  • 62 % des Canadiens et Canadiennes qui ont reçu des soins palliatifs ont été traités dans un hôpital de soins de courte durée, principalement au cours de leur dernier mois de vie.

Citations

« Il est important pour les Canadiens et les Canadiennes confrontés à une maladie potentiellement mortelle de pouvoir discuter de leurs objectifs de soins et de faire respecter leurs souhaits », déclare Jennifer Zelmer, présidente-directrice générale de la FCASS. « C’est pourquoi nous sommes heureux de travailler avec des équipes de soins de longue durée de cinq provinces et du Yukon pour diffuser une approche éprouvée et veiller à ce que les plans de soins correspondent aux besoins uniques de chaque résident. »

« Discuter en amont des soins de fin de vie est essentiel pour connaître les souhaits des personnes et veiller à leur respect. Malheureusement, ces conversations se tiennent d’ordinaire pendant une période de crise, lorsque les émotions sont à fleur de peau. Elles portent généralement sur les objectifs de traitement plutôt que sur les souhaits, les valeurs, les espoirs et les peurs de la personne concernée. Trop souvent, nous attendons qu’un problème de santé indique que la fin approche », précise Jane Webley, créatrice et responsable du programme régional de Vancouver Coastal Health pour les soins de fin de vie. « Cependant, à ce stade, de nombreuses personnes ne sont plus en mesure de communiquer leurs souhaits et les membres de leur famille doivent alors assumer le lourd fardeau des décisions difficiles. Or, discuter en amont de ces choses importantes permet justement de planifier les soins ensemble et de faire ses adieux de manière à créer des souvenirs inoubliables. J’appelle cela le “don de temps” que nous pouvons faire aux résidents et aux personnes importantes pour eux en tant que prestataires de soins de santé. »

« Les soins palliatifs font partie intégrante de notre système de soins de santé, aidant les personnes atteintes de maladies mortelles et leur famille à traverser l’une des périodes les plus difficiles de leur vie », a affirmé l’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé. « Je suis heureuse de l’élargissement de projets fructueux comme celuici parce qu’ils cadrent avec les priorités énoncées dans le Cadre sur les soins palliatifs au Canada, publié récemment. Ensemble, nous pouvons aider davantage de Canadiens atteints de maladies limitant l’espérance de vie à rester autonomes et à recevoir les soins dont ils ont besoin à domicile ou en milieu communautaire. »

À propos de la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé

La Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé travaille main dans la main avec ses partenaires au recensement des innovations éprouvées et à l’accélération de leur diffusion partout au Canada afin d’améliorer les soins aux patients, la santé de la population et l’optimisation des ressources. La FCASS est un organisme sans but lucratif financé par Santé Canada. Consultez le fcass-cfhi.ca pour en savoir plus.

– 30 –

Les opinions exprimées dans la présente publication ne reflètent pas nécessairement celles de Santé Canada.

Pour en savoir plus :
Christine LaRocque
Responsable principale des communications, Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé
Téléphone mobile : 343 998-5143
christine.larocque@cfhi-fcass.ca