Analyse des initiatives pour la transformation des systèmes de soins de santé : Des leçons à tirer pour le système de santé du Canada

Série d'études de la FCRSS sur la transformation des services de santé : document 1

Rapport final (668 Kb)  

Jean-Louis Denis, Phd
Professeur titulaire
Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance et la transformation des organisations et systèmes de santé
École Nationale d'Administration Publique

Huw T. O. Davies, Phd
Professeur et directeur adjoint
School Of Management
Université de St Andrews

Ewan Ferlie, Phd
Professeur et directeur
Department Of Management
King’s College London

Louise Fitzgerald, Phd
Professeure invitée
Manchester Business School
University Of Manchester

Avec la collaboration d’Anne Mcmanus (Msc)

Le Canada a investi une quantité considérable de ressources financières et d’énergie (notamment dans le cadre de nombreuses commissions fédérales et provinciales) pour rendre le système de santé plus apte à répondre à l’évolution des besoins. Néanmoins, il est d’avis général que le système de santé canadien a trop tardé à s’adapter. Un rapport publié en 2008 par le Conseil canadien de la santé concluait que, depuis l’Accord de 2003 sur le renouvellement des soins de santé, des progrès ont effectivement été constatés au chapitre de l’accès aux services dans certains domaines cliniques prioritaires, notamment les arthroplasties de la hanche et du genou et les chirurgies de la cataracte, mais qu’« il n’y a pas cause de se réjouir des progrès relatifs aux engagements pris en vertu de cet accord » dans certains domaines (Conseil canadien de la santé, 2008, p. 34). Il s’agit notamment de l’assurance médicament et de la prescription sûre et appropriée; des soins à domicile; de la santé des Autochtones; des soins de santé primaires; des effectifs de la santé; des dossiers de santé électroniques et des technologies de l’information, ainsi que de la reddition de comptes.

Le présent document propose des avenues que les gouvernements peuvent prendre pour favoriser la transformation du système de santé dans le but d’améliorer les soins et les services offerts.

Messages Principaux

  • Un élément clé de toute stratégie de transformation consiste à dresser un portrait clair des changements qui s’imposent. Le Canada a besoin d’une vision et d’une approche intégrées pour mener à bien la transformation de son système de santé.
  • Les systèmes de santé tendent à reproduire leur propre logique dominante (qui se traduit au Canada par une augmentation constante des ressources investies dans les soins spécialisés) et, par conséquent, à négliger d’autres secteurs où d’importantes lacunes subsistent.
  • Sans la mise en oeuvre de vigoureuses politiques de ressources humaines qui favorisent une nouvelle combinaison de compétences, notamment de nouveaux rôles professionnels et des modèles novateurs misant sur des équipes interdisciplinaires, il sera impossible de remédier aux lacunes actuelles en matière de services de santé.
  • Les ressources humaines n’évoluent pas en vase clos. L’existence d’un milieu et d’organisations favorables aux meilleures pratiques professionnelles et cliniques peut avoir une incidence considérable sur la prestation et la qualité des services et des soins.
  • La mise en place de nouveaux modes d’organisation et modèles de gouvernance représente une composante essentielle d’une stratégie d’amélioration des soins et services à grande échelle. Les initiatives de renouvellement des soins de santé primaires au Canada, mises de l’avant au cours des 10 dernières années, illustrent clairement que la façon d’amener les professionnels de la santé et les intervenants à adopter de nouveaux modes de pensée et de travail tout en s’assurant de leur entière participation au processus de changement est une difficulté inhérente à la transformation.
  • Le renouvellement des organisations de prestation de services exige un leadership solide et des liens étroits entre le milieu clinique et celui de la gestion. Il est essentiel de recruter et de former du personnel pour faire efficacement le pont entre ces deux mondes.
  • Bien que les professionnels et les organisations réalisent d’importants progrès à l’échelle locale, il est nécessaire de renforcer la communication et l’apprentissage mutuel entre le milieu des politiques et celui de la prestation des services pour favoriser les améliorations et faire mieux connaître les bonnes pratiques.
  • Les discussions entre les prestataires, les organisations et le gouvernement sont souvent trop axées sur le niveau de ressources financières et les incitatifs disponibles pour améliorer le système de santé. Bien que les ressources financières et les incitatifs économiques puissent influer sur l’orientation de la prestation des soins et des services, les stratégies visant à susciter un engagement à l’égard de l’amélioration des soins semblent plus prometteuses.
  • Pour réorienter le système de façon à répondre aux besoins changeants en santé, les initiatives favorisant la participation des patients et des citoyens ainsi que l’utilisation des données probantes pour éclairer les changements sont cruciales. Ces deux types de leviers pourraient s’avérer efficaces pour axer les stratégies organisationnelles et professionnelles sur l’amélioration.