Planifier l'avenir de la recherche en soins de santé primaires au Canada

Aperçu

Le Canada entreprend une réforme d’envergure de l’organisation et de la prestation des soins de santé primaires (SSP). Cette réforme survient à un moment où l’on comprend de mieux en mieux le lien entre des SSP de qualité et des résultats probants en matière de santé. L’accent mis sur les SSP fait ressortir la nécessité d’assurer une bonne capacité de recherche à cet égard, notamment au chapitre des compétences en recherche et de l’infrastructure nécessaires pour répondre aux questions essentielles concernant les SSP, questions auxquelles sont confrontés les décideurs, les gestionnaires du système de santé, les fournisseurs de services de santé et le public.

La Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé (FCRSS) a commandé la présente étude afin d’évaluer, au Canada, la capacité de recherche en SSP. Les données ont été recueillies au moyen d’une revue de la littérature et de consultations menées auprès de praticiens, de chercheurs, de décideurs et d’autres spécialistes canadiens et étrangers. Il existe des lacunes généralisées dans la viabilité et la coordination des recherches en SSP au Canada. La recherche en SSP a joui de peu de visibilité auprès du principal bailleur de fonds canadien dans le domaine de la recherche en santé, soit les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Bien que la capacité de recherche en SSP ait pu compter, à l’occasion, d’un soutien important des gouvernements provinciaux, cela s’est fait souvent dans le cadre de projets précis et d’une durée limitée. Les jeunes cliniciens et les étudiants au doctorat sont rarement encouragés à envisager une carrière comme chercheur en SSP. Ceux qui choisissent cette voie connaissent des difficultés majeures lorsque vient le temps d’obtenir du soutien en milieu de carrière. Bien que le récent Fonds pour l’adaptation des soins de santé primaires ait entraîné la création d’équipes de recherche de qualité en matière de SSP, bon nombre d’entre elles ont été dissoutes après l’annonce de l’expiration du Fonds en mars 2006.

La situation peut être en bonne partie attribuée au manque de soutien financier, destiné directement à la recherche ou au perfectionnement professionnel en SSP, de la part des organismes de financement provinciaux et nationaux.

Au Canada, l’attention envers la recherche en SSP diffère de celle des autres pays. De nombreuses nations occidentales, notamment le Royaume-Uni et l’Australie, commencent à profiter de stratégies concertées visant à favoriser la capacité de recherche en SSP. Bon nombre de ces stratégies s’apparentent aux initiatives canadiennes mises de l’avant pour développer la capacité de recherche en sciences infirmières.

Le Canada doit revigorer son secteur de la recherche en SSP au moyen d’une stratégie concertée comportant les deux principales initiatives suivantes :

  1. Création d’un organisme de coordination canadien responsable de la recherche en soins de santé primaires, notamment d’un système d’information sur la recherche en SSP, de manière à tirer parti des activités actuelles de diffusion de la FCRSS et d’autres organismes provinciaux de recherche en santé.
  2. Initiatives fédérales et provinciales ciblées de financement de la recherche en soins . de santé primaires. Pour avoir une incidence maximale, ces initiatives devraient opter en faveur de subventions de fonctionnement visant la recherche sur des questions cruciales en SSP; de subventions d’équipe pour permettre aux chercheurs chevronnés de collaborer entre eux et de se pencher sur d’importante questions stratégiques en SSP; du financement destiné aux chaires de recherche en SSP et, surtout, un programme coordonné encourageant les cliniciens-chercheurs et les chercheurs scientifiques en SSP à envisager une carrière à long terme dans ce domaine.