Résultats

ResultsEn 2014-2015, la FCASS a travaillé avec 56 foyers de SLD qui ont accepté de retirer des antipsychotiques aux résidents à qui on a prescrit ces médicaments de façon inappropriée.

 

 

 


Après un an seulement, les premiers résultats pour un échantillon de 416 résidents de ces établissements indiquent que :

  • on a réduit ou supprimé les médicaments antipsychotiques chez 54 % des résidents (réduction chez 18 %; élimination complète chez 36 %);
  • parmi ces résidents, on constate :
    • une réduction de 20 % du nombre de chutes;
    • une réduction de 33 % de la violence verbale;
    • une réduction de 18 % de la violence physique;
    • une réduction de 26 % des comportements socialement inacceptables;
    • une réduction de 22 % de la résistance aux soins.

     


Prévisions pour les cinq prochaines années

AP-RA-ReportDe récentes études révèlent que dans les établissements de soins de longue durée au Canada, plus d’une personne âgée sur quatre (27,5 %) prend des médicaments antipsychotiques sans qu’un diagnostic de psychose ait été établi.

 

 


Si on mettait les résultats de l’initiative de la FCASS à l’échelle pancanadienne, les prévisions pour les cinq prochaines seraient les suivantes, selon les estimations :

  • 35 000 résidents d’établissements de SLD par an pourraient diminuer ou supprimer les antipsychotiques;
  • 25 millions de prescriptions d’antipsychotiques pourraient être évitées;
  • 91 000 chutes pourraient être évitées;
  • 19 000 visites à l’urgence pourraient être évitées (une diminution de 8 %);
  • 7 000 hospitalisations pourraient être évitées (une diminution de 8 %).