Projet collaboratif sur la réduction des antipsychotiques

Réduire le recours aux antipsychotiques en Soins de longue durée

Au Canada, plus d’une personne âgée en soins de longue durée (SLD) sur quatre prend des médicaments antipsychotiques sans qu’un diagnostic de psychose ait été établi. Or, ces taux varient grandement entre les différents foyers de SLD ainsi qu’entre les provinces et territoires, ce qui met en évidence l’utilisation potentiellement abusive de ces médicaments.

En 2014-2015, la FCASS a travaillé avec 56 foyers de soins de longue durée qui ont accepté de réduire la prescription inappropriée de médicaments antipsychotiques aux personnes âgées.

Les participants ont bénéficié non seulement du financement de démarrage et de la formation pour mettre en œuvre des programmes visant à réduire et éliminer l’utilisation d’antipsychotiques, mais aussi de l’encadrement et du mentorat, du matériel pédagogique, des outils ainsi que des forums d’échange avec d’autres sites. L’objectif était de réduire l’utilisation des antipsychotiques et d’améliorer la qualité des soins et la qualité de vie des résidents.



Les foyers de soins de longue durée sont témoins des résultats de la réduction des antipsychotiques

Antipsychotic Reduction Collaborative

Bien que, selon les meilleures données probantes en santé, de 5 à 15 % des résidents dans des établissements de soins de longue durée aient besoin d’antipsychotiques, des études récentes dévoilent que cinq fois plus de personnes âgées prennent ces médicaments. Or, qu’arrive-t-il si elles en sont sevrées? Une nouvelle initiative de la FCASS montre une amélioration significative dans les soins et un potentiel d’économie considérable grâce à une diminution du nombre de chutes et de visites à l’hôpital. Communiqué »  Résultats »

Documents d’information:  Provinces de l’Atlantique  |   Ontario et Québec  |   Ouest du Canada

AP-RA-ReportLe rapport montre d’importantes économies grâce à de meilleurs soins

Pour de nombreuses personnes âgées en soins de longue durée, les médicaments antipsychotiques peuvent, au mieux, s’avérer inefficaces et au pire, provoquer des effets secondaires nocifs et contribuer à des chutes et à des hospitalisations. Les foyers de SLD, dans sept provinces et un territoire, qui ont participé à un projet collaboratif de la FCASS, ont pu éliminer ou réduire considérablement l’utilisation des antipsychotiques. Si ces efforts ont été intensifiés, ils pourraient améliorer la qualité de vie des dizaines de milliers de personnes âgées en soins de longue durée et économiser des millions de dollars dans les prescriptions ainsi que dans les coûts hospitaliers et des services d’urgence.


Ball-game

Le point de vue des familles

Les médicaments antipsychotiques ont changé leurs proches – et pas pour le mieux. Deux enfants adultes racontent ce qui est arrivé à leurs parents en soins de longue durée et comment les soins et le confort se sont considérablement améliorés après l’arrêt des médicaments.


Comment nous avons commencé

Le projet collaboratif sur la réduction des antipsychotiques trouve ses racines dans le programme FORCES de formation des cadres de la FCASS. Deux gestionnaires de l’Office régional de la santé de Winnipeg ont conçu une initiative pour aider des équipes multidisciplinaires de fournisseurs de soins de santé à mieux utiliser les données du système Resident Assessment Instrument/Minimum Data Sets (instrument d’évaluation des résidents/fichier minimal) dans le but d’identifier les patients ayant des troubles comportementaux liés à la démence qui pourraient profiter de thérapies non médicamenteuses.

Sur un site, le personnel a été formé pour offrir une approche non pharmacologique de la gestion des comportements associés à la démence. En conséquence, on a pu interrompre la prise de médicaments antipsychotiques chez 27 % d’un groupe de résidents sans constater une augmentation des symptômes comportementaux. Cette innovation qui a amélioré la qualité de vie des patients s’est traduite par une réduction éventuelle des coûts de 400 000 $ en six mois pour la région