La Collaboration sur les régions nordiques et éloignées

La Collaboration sur les régions nordiques et éloignées (RNE) offre aux décideurs, aux dirigeants, aux responsables de politiques et aux praticiens l’occasion de renforcer les capacités de leadership et d’amélioration, notamment par le réseautage, la comparaison de solutions innovantes et la mise en commun d’histoires à succès. Les prestataires de services de santé qui travaillent dans les régions nordiques et éloignées du Canada doivent surmonter des difficultés particulières lors de l’élaboration, de la mise en œuvre et de l’évaluation de solutions durables et efficaces dans ces régions. La collaboration a pour objectif global d’améliorer l’état de santé des populations des régions nordiques éloignées du Canada. Cette collaboration a été jusqu'à récemment appelé ‹‹La Collaboration sur les régions nordiques, rurales et éloignées (RNRE).››

La table ronde 2016

La Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS) a tenu, du 11 au 14 mai 2016, sa troisième Table ronde sur les régions nordiques et éloignées à Saskatoon, en Saskatchewan. La Table ronde a suivi un cours d’un jour donné par la FCASS sur la compétence culturelle autochtone et s’est terminée par une visite à l’hôpital All Nations Healing à Fort Qu’Appelle dans le territoire du Traité no 4.

Environ 50 participants, représentant 25 organisations dans les régions nordiques et éloignées des 10 provinces et territoires du Canada, ont pris part à la Table ronde. Le but de l’événement était de favoriser le partage des pratiques éclairées qui soutiennent l’amélioration de la prestation des services de santé dans les régions nordiques et éloignées du Canada.

Les quatre objectifs de la Table ronde étaient les suivants :

  • célébrer les succès des partenaires de la Collaboration au cours de l’année écoulée et fournir des occasions de réseautage pour partager des pratiques éclairées en leadership et en gestion du changement;
  • discuter des actions communes et dégager un consensus à ce sujet pour favoriser la compétence culturelle, la sécurité et l’humilité au niveau de l’organisation et du système;
  • examiner et partager des approches ainsi que l’enseignement d’experts autochtones en matière de santé mentale et de toxicomanie, en se penchant plus particulièrement sur la prévention du suicide;
  • s’entendre sur des mesures conjointes pour prévenir le suicide.

Table ronde : première journée

La Table ronde a commencé par des exposés qui encourageaient les participants à définir la compétence culturelle sur les plans individuel et organisationnel. Selon la conclusion des participants, pour qu’une organisation soit culturellement compétente, il faut non seulement que la direction mette en train le changement et le maintienne, mais aussi que « tout le monde joue un rôle et prenne sa part de responsabilité ». On a également discuté de l’importance d’écouter les aînés et les patients (les experts), d’autochtoniser les points d’accès aux soins de santé et d’institutionnaliser l’exigence de compétence culturelle. La conférencière principale, Mme Vianne Timmons, rectrice et vice-chancelière de l’Université de Regina et membre de la Première Nation des Mi’kmaq de Bras d’Or en Nouvelle-Écosse, a invité les participants à faire le premier pas.

Table ronde : deuxième journée

La deuxième journée portait sur la prévention du suicide chez les Autochtones ainsi que sur des pratiques éclairées dans les systèmes de santé mentale. En soulignant les disparités en santé, les exposés en plénière ont insisté sur les points forts et les mesures pour parvenir à l’égalité. Les participants ont consacré beaucoup de temps à discuter de deux des six sujets prédéterminés, à savoir les approches de gestion des cas dans des équipes de santé mentale, les succès et les approches de la guérison fondée sur la culture, les approches de prévention des traumatismes secondaires chez les employés, les pratiques éclairées pour évaluer les résultats des clients et de la communauté, les pratiques éclairées pour réduire les suicides en série et l’intégration de la santé mentale. Les participants étaient intéressés à apprendre de Carol Hopkins et Brenda Restoule, deux expertes de renommée nationale en santé mentale des Autochtones et en prévention du suicide.

Entente de partenariat entre la Thunderbird et la FCASS

Un point marquant de la Table ronde a été la signature de l’entente de partenariat entre la FCASS et la Thunderbird Partnership Foundation. La FCASS a eu l’honneur de signer sa première entente de partenariat avec un organisme autochtone et s’engage à appuyer le Cadre du continuum du mieux-être mental. Carol Hopkins, directrice générale de la Thunderbird, et Stephen Samis, vice-président des Programmes à la FCASS, ont signé l’entente de partenariat au nom de leur organisation respective.   

Les engagements de la FCASS

La Table ronde s’est terminée par l’engagement de la FCASS à :

1) créer une ressource en ligne sur la santé mentale et la prévention du suicide chez les Autochtones qui sera disponible sur le site Web de la Thunderbird Partnership Foundation;

2) élaborer et partager des comptes rendus sur les points forts de la prévention du suicide;

3) coordonner une conférence sur la prévention du suicide en novembre 2016 à Vancouver (C.-B.).   

Les participants ont décrit la Table ronde comme étant porteuse d’espoir, orientée vers l’action, axée sur les forces, concertée, positive et percutante.

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec:

info@cfhi-fcass.ca
613-728-2238