L'approche INSPIRED des patients atteints de la MPOC

Une patiente de Burlington atteinte de MPOC depuis 14 ans apprend à mieux gérer sa maladie grâce au programme INSPIRED

Shirley Boag Lorsque Shirley Boag de Burlington, en Ontario, a reçu son diagnostic de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) en 2004, elle était surprise, mais elle s’y attendait un peu.

Un an avant ce diagnostic, elle avait cessé de fumer après 50 ans de tabagisme, mais uniquement parce qu’un interniste lui avait dit que sa circulation était si mauvaise qu’elle risquait de perdre ses orteils. Pendant plusieurs années, Mme Boag souffrait de rhumes persistants, et perdait son souffle en montant des marches ou en marchant dans la neige. Son omnipraticien l’a aiguillée vers un pneumologue. Un test de respiration a permis de déterminer qu’elle avait perdu 50 % des capacités fonctionnelles de ses poumons.

 


Un agent de reprise du Nouveau-Brunswick souhaite retrouver la santé après un diagnostic de MPOC

INSPIRED Patient StoriesChris Burden, âgé de 69 ans, n’a pas peur des longues distances. Il habite à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, mais il doit se déplacer constamment pour son travail en tant qu’huissier, évaluateur et commissaire-priseur. Une partie de ses tâches consiste à saisir des biens à la suite de décisions de justice ou en raison de factures impayées. « Je suis agent de reprise », déclare-t-il.

Voitures, camions, bateaux, équipement, maisons : quel que soit le bien, M. Burden l’a saisi. Depuis environ 30 ans et à raison de 60 heures de travail par semaines, il doit parcourir les autoroutes et embranchements des provinces de l’Atlantique. Après avoir reçu un diagnostic de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), il a pris la décision de ne pas permettre à sa condition de perturber sa vie.

 


Un protocole de médication aide un patient de Sackville atteint de MPOC à éviter les hospitalisations

INSPIRED Patient StoriesChez les patients comme Wilbur Starratt, âgé de 84 ans, de Sackville, en Nouvelle Écosse, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est souvent accompagnée d’infections. Il n’est pas toujours possible de voir son médecin de famille rapidement, et une visite aux services d’urgence d’un hôpital est parfois nécessaire.

Maintenant, Wilbur et sa conjointe Charlotte sont à l’affût des signes d’une infection et obtiennent une ordonnance d’antibiotiques et d’autres traitements nécessaires plus rapidement. Le fait d’apprendre à gérer les infections, avec l’aide du Programme INSPIRED de sensibilisation à la MPOCMC (INSPIRED), permet d’éviter les rendez-vous médicaux et les visites à l’hôpital. « Nous pouvons maintenant devancer les problèmes », dit Charlotte.

 


Un patient de l’Î.-P.-É. se sent inspiré par la mise à l’échelle du programme INSPIRED de sensibilisation à la MPOC

Brian CrabbeBrian Crabbe a toujours été bricoleur et se considérait comme un mécanicien amateur. Il travaillait dans le domaine de la vente des pièces automobiles, et ses passe-temps comprenaient la réparation de carrosserie et la menuiserie. M. Crabbe aimait ses passe-temps, mais ceux-ci ont probablement contribué à l’apparition de sa maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Dans le cadre de son travail, M. Crabbe visitait continuellement des stations-service, des garages, des ateliers de peintures et d’autres établissements de la sorte. Il y avait beaucoup de poussière et de produits chimiques dans l’air. Lorsqu’il s’adonnait à ses passe-temps, il ne portait pas toujours de masque. Il croit que toute cette exposition à des matières nocives a affaibli ses poumons. M. Crabbe a également déjà fumé, mais il a arrêté il y a 26 ans.

 


Pour les patients atteints de la MPOC à Edmonton, le programme INSPIRED constitue un « modèle d’avenir » pour les soins

Dave Knights

En 2014, quelques années après avoir reçu un diagnostic de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), Dave Knights, résident d’Edmonton, n’avait que trois mois à vivre. Il a déjoué le destin en partie selon lui grâce aux services de santé reçus à domicile. M. Knights reçoit des soins à domicile d’une équipe interdisciplinaire notamment composée d’un gestionnaire de cas, d’un infirmier praticien, d’un inhalothérapeute et d’un aide-soignant. Les services de l’équipe, qui comprennent de la formation sur la gestion de la MPOC, ont amélioré ses soins et son moral.

 


Pour de plus amples renseignements,
communiquer avec:

info@cfhi-fcass.ca
613-728-2238