Au cours de la consultation, nous avons dégagé des leçons utiles concernant l'organisation, à l'échelle nationale, de consultations sur les priorités. Certaines de ces leçons touchent le processus général; d'autres, l'organisation même des ateliers.

Processus général

  • Il est tout à fait possible d'établir en six mois un programme national pour dégager les thèmes de recherche appliquée sur les services et les politiques de santé.
  • C'est une bonne idée d'entreprendre une démarche conjointe car cela évite de contacter plus d'une fois les mêmes personnes. Nous avons découvert qu'il y avait parmi les organismes travaillant dans la recherche sur les services et les politiques de santé suffisamment d'intérêts qui se chevauchent pour entreprendre ensemble des consultations très valables.
  • Il est utile de prévoir un processus comportant des étapes de validation (utilisation de plusieurs sources, comparaisons internationales, sondages de suivi). Cela permet de veiller à ce que les données recueillies et leur synthèse soient exactes et bien établies.
  • Bien qu'il n'y ait pas de grandes différences entre les questions soulevées dans les diverses régions, il est toujours plus indiqué de tenir dans chaque région un atelier indépendant et ce, pour trois raisons. Certaines questions peuvent être exprimées avec plus de force dans une région donnée, ce qui pourrait entraîner une pondération différente au cours de la synthèse. Les participants à l'atelier peuvent sentir qu'ils expriment les préoccupations de leur région sans être influencés par celles des autres régions. Le processus est plus facile sur le plan logistique (même cadre pour tous les ateliers, facilité de gérer des petits groupes, etc.).
  • Même si la logistique exigeait que les ateliers soient tenus dans de grandes villes, les participants pouvaient encore représenter et identifier une gamme de questions clés concernant les services et les politiques de la santé dans les régions rurales et éloignées.

Organisation des ateliers

  • Il est important de distinguer clairement les questions immédiates des questions à long terme. En créant un exercice de " catharsis " par lequel les participants présentent leurs préoccupations immédiates en début d'atelier, il est plus probable que pour le reste de la journée, ils se concentrent sur les questions à long terme.
  • Il est important de faire un distinction claire entre les questions touchant les services de santé et celles qui concernent la RECHERCHE sur les services de santé (ces dernières étant liées au financement de la recherche, à l'utilisation/l'accès/l'amélioration/la validation stratégique des données sur la santé, la nécessité de la recherche pluridisciplinaire, etc.). Des digressions peuvent se produire.