Les défis du Canada sur le plan des services de santé au cours des années 1990

(vidéo disponible en anglais seulement)

La récession économique mondiale survenue au cours des années 1990 a considérablement influé sur le mode de dépense de l’argent du contribuable par le gouvernement canadien. Cela a tout particulièrement été le cas en ce qui a trait aux services de santé. Dans cette vidéo, le professeur Terrence Sullivan fait état de la gestion des systèmes de services de santé au Canada pendant la récession précitée. À l’époque, les perspectives financières du Canada étaient sombres :

  • son PNB avait reculé de 6 p. 100 en trois ans;
  • la dette fédérale était en pleine explosion, frisant les 70 p. 100 du PNB;
  • les agences de notation mettaient en doute les qualités d’emprunteur du pays;
  • les provinces luttaient pour ne pas sombrer financièrement.

C’est dans ce contexte que le gouvernement fédéral s’est donné pour priorité d’atteindre l’équilibre budgétaire en 10 ans.

  • Les transferts aux provinces ont été réduits.
  • Des lits ont été supprimés, et certains hôpitaux fermés.
  • Des infirmières et infirmiers ont été mis à pied.
  • Les honoraires des médecins ont été plafonnés.

Le gouvernement entendait par ailleurs que les mesures adoptées soient mises en œuvre sans que cela nuise à la prestation des services de santé. Le défi était de taille. Concrètement, la réduction de l’effectif a conduit à un renforcement de la productivité des hôpitaux, mais également à un allongement des délais d’attente, engendrant ainsi un grave problème d’accès aux services de santé. Pour contrer les craintes du public devant la détérioration de la situation, de nouveaux investissements s’imposaient. Le gouvernement a donc procédé à de nouveaux investissements de taille dans les années qui ont suivi.

Terrence Sullivan est professeur agrégé à la Dalla Lana Scholl of Public Health de l’Université de Toronto.