deux super-heroes 'a bas les mythes'

À bas les mythes est une série d’articles qui résument les meilleures données probantes pour contester des croyances largement répandues à l’égard des enjeux relatifs aux services de santé au Canada. Ils ont été rédigés entre 1998 et 2003. Aussi convient-il de noter que l’information était d’actualité à la date de publication.

 

Parcourez les archives

01 / juin / 2010
Mythe : Consulter une infirmière praticienne plutôt qu'un médicin équivaut à recevoir des soins de deuxième classe
Il s’agit d’une mise à jour du populaire article paru en 2002, selon lequel les données de recherche démontrent sans équivoque que les infirmières praticiennes peuvent prodiguer des soins sécuritaires, efficaces et équivalents à ceux données par les médecins.
01 / janv. / 2010
Mythe : La plupart des médecins préfèrent être rémunérés à l’acte
Cet article se penche sur l’affirmation selon laquelle le dépistage corps entier est un bon moyen de détecter, sans douleur, des cancers cachés chez les gens en bonne santé, et par le fait même, de prévenir les décès associés au cancer. Les données probantes démontrent que lorsqu’il est pratiqué de cette manière, le dépistage du cancer, non seulement n’offre aucun avantage démontré pour la santé, mais il expose les gens à des risques inutiles.
01 / déc. / 2009
Mythe : Le dépistage corps entier est efficace pour dépister les cancers cachés
01 / oct. / 2009
Mythe : Ce sont les personnes aux prises avec des problèmes non urgents qui provoquent l’engorgement des urgences
Les études révèlent cependant que le simple fait de réduire le nombre de personnes qui cognent aux portes des urgences et d’augmenter le nombre de médecins de famille n’est pas suffisant pour remédier à la situation. L’engorgement des urgences est la manifestation d’un problème aux origines multiples que le service des urgences ni même l’hôpital ne peuvent régler à eux seuls.