deux super-heroes 'a bas les mythes'

À bas les mythes est une série d’articles qui résument les meilleures données probantes pour contester des croyances largement répandues à l’égard des enjeux relatifs aux services de santé au Canada. Ils ont été rédigés entre 1998 et 2003. Aussi convient-il de noter que l’information était d’actualité à la date de publication.

 

Parcourez les archives

12 / mai / 2011
Mythe : L'assurance-maladie couvre tous les services de santé nécessaires
Cet article d’À bas les mythes traite des services de santé qui sont couverts et non couverts par le régime d’assurance-maladie du Canada. Correspondent-ils aux souhaits et aux attentes des Canadiens? Reflètent-ils leurs valeurs fondamentales?
06 / mai / 2011
Mythe : Les césariennes sont à la hausse parce que de plus en plus de femmes le demandent
Le taux d’accouchements par césarienne a augmenté de plus de 10 pour cent depuis 1995; 25 pour cent des accouchements à l’hôpital se font maintenant par césarienne. Les mamans d’aujourd’hui tournent-elles le dos aux méthodes d’accouchement traditionnelles, ou l’explication se trouve-t-elle ailleurs?
22 / févr. / 2011
Mythe : Le vieillissement de la population est responsable de la hausse incontrôlable des coûts de la santé
Il ne faut pas penser que les dépenses liées aux soins de santé augmenteront de manière incontrôlable simplement parce que les personnes âgées sont plus nombreuses. Selon les experts, rien ne justifie ce qu’on appelle parfois l’« angoisse existentielle des baby-boomers ».
01 / oct. / 2010
Mythe : Un médicament mis sur le marché est un médicament sans danger
Malgré les différentes mesures mises en place pour accroître l’innocuité des médicaments, les réactions indésirables aux médicaments demeurent l’une des principales préoccupations de santé des Canadiens. Cet article démontre clairement que la propension à croire que les médicaments sur le marché sont sans danger est fausse, ainsi que les progrès réalisés concernant l’innocuité des médicaments dans le contexte de la postcommercialisation.