deux super-heroes 'a bas les mythes'

À bas les mythes est une série d’articles qui résument les meilleures données probantes pour contester des croyances largement répandues à l’égard des enjeux relatifs aux services de santé au Canada. Ils ont été rédigés entre 1998 et 2003. Aussi convient-il de noter que l’information était d’actualité à la date de publication.

 

Parcourez les archives

01 / nov. / 2012
Mythe: Une grande satisfaction des patients signifie des soins de grande qualité
Bien qu’on évalue souvent la qualité des soins au moyen d’enquêtes de satisfaction des patients, les résultats peuvent être influencés par des facteurs indépendants de la prestation de soins et s’avérer parfois non fiables et non valides. Pour véritablement évaluer et améliorer la qualité, les prestataires de services de santé doivent prendre en compte l’expérience des patients grâce à de judicieuses stratégies de participation publique.
04 / juin / 2012
Mythe: Redéfinir la maladie mentale comme une «maladie du cerveau» réduit la stigmatisation
Cet article d’À bas les mythes examine la croyance que l’on peut réduire la stigmatisation en soulignant la nature biologique de la maladie mentale. Malgré les bonnes intentions, les données probantes montrent que les campagnes de lutte contre la stigmatisation, qui insistent sur les causes biologiques de la maladie, ne se sont pas avérées efficaces et ont même accentué la stigmatisation.
29 / mai / 2012
Mythe : Le Canada a besoin de plus de médecins
Cet article d’À bas les mythes remet en question la croyance que le Canada subit une pénurie de médecins. Or, bien que l’accès aux médecins soit effectivement un problème dans certaines régions, il semble qu’il y a plus que suffisamment de médecins dans d’autres. Bref, nous n’avons pas à nous préoccuper de la pénurie des médecins, mais plutôt de leur répartition.
27 / févr. / 2012
Mythe : Le financement basé sur les activités donne lieu à des soins hospitaliers à but lucratif
Cet article d’À bas les mythes examine comment le financement basé sur les activités (FBA) en est effectivement une pièce et comment il peut, si dûment mis en œuvre, contribuer à réduire les temps d’attente et à renforcer la responsabilisation des hôpitaux.

Rétroaction sur un article À bas les mythes?

Faites part de vos observations.

Rétroaction

Selon une équipe de soins à domicile d’Edmonton, l’éducation sur la MPOC et le soutien communautaire des clients constituent un combat qui mérite d’être mené

Parmi les équipes ayant participé au projet, seule celle du programme de soins continus à domicile de SSA à Edmonton s’est attaquée au problème à partir de la collectivité et s’est concentrée sur les clients qui sont souvent confinés chez eux en raison de leur essoufflement.

Pour en savoir davantage