Entrevue de la FCASS Erin Christian, Chef de projet, Soins de santé primaires Autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse

juillet 2016

Interview with Erin Christian

Gauche à droite : Dr Crystal Todd, Cheryl Tschupruk, Jo-Anne Wentzell, Erin Christian, Rachel Bard (instructeur de la FCASS)

Occasionnellement, nous nous entretenons avec des chefs des projets soutenus par la FCASS. Ce mois-ci notre entretien porte sur l'Autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse et sa participation à la 12e cohorte du programme FORCES de la FCASS.


Veuillez décrire votre participation à la FCASS et à ses programmes.

L’Autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse (ASNE) participe au programme FORCES de formation pour cadres 2016-2017 de la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé. Notre travail est le premier projet d’amélioration de l’ASNE qui a été accepté par le programme FORCES depuis la formation de l’ANSE le 1er avril 2015.

Quel est le projet d’amélioration entrepris par votre équipe?

L’Autorité sanitaire de la Nouvelle-Écosse est en train d’élaborer et de mettre en œuvre un cadre opérationnel pour intégrer une approche palliative dans les établissements de soins de santé primaires. Plus précisément, les équipes de collaboration en soins de santé primaires en Nouvelle-Écosse démontreront la mise en œuvre réussie d’une approche palliative dans un milieu familial en 2017, ce qui non seulement donnera lieu à un cadre opérationnel confirmé qui comprend le renforcement des capacités des fournisseurs de soins de santé primaires et l’accroissement de l’accès à des soins palliatifs de qualité, mais illustrera aussi la transformation dans le modèle de soins palliatifs, passant d’un programme spécialisé à une approche axée sur la personne et la famille qui peut être mise en œuvre dans un environnement familial. Les résultats escomptés comprennent l’amélioration de l’accès à des soins appropriés, le renforcement des capacités dans les soins primaires, l’optimisation des ressources existantes, la clarté des rôles en soins palliatifs et la bonification de l’expérience des patients/familles, ce qui se traduira finalement par des soins palliatifs de qualité pour les Néo-Écossais.

Quel est le problème clé que vise votre innovation?

En 2014, le ministère de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse a publié une stratégie provinciale des soins palliatifs pour guider le système de santé vers un modèle intégré de soins palliatifs qui sera enraciné dans les soins de santé primaires et harmonisé avec la Stratégie canadienne sur les soins palliatifs. Il est démontré que l’accès précoce aux soins palliatifs améliore les résultats pour les patients et les familles. Comme les fournisseurs de soins primaires sont souvent les premiers points de contact les plus constants dans le système de santé, leur rôle dans les soins palliatifs est essentiel dans la mesure où nous nous dirigeons, en Nouvelle-Écosse, vers des soins dispensés par des équipes collaboratives.

Comme les soins palliatifs sont devenus une spécialité, le manque de clarté quant au rôle des fournisseurs de soins primaires a donné lieu à une participation limitée de certains fournisseurs aux soins, d’où une diminution des compétences et de la confiance dans les soins de santé primaires. Les services spécialisés sont conçus pour offrir une expertise pour compléter la globalité et la continuité des soins fournis dans les foyers de soins et non pour appuyer des soins complets ou pour répondre aux besoins des particuliers au fil du temps. Si tous les membres de l’équipe travaillent ensemble (soins primaires, soins spécialisés et ressources communautaires), personne ne sera surchargé et les patients qui ont besoin de soins palliatifs pourront rester dans un environnement familier.

Comment votre innovation améliore-t-elle les soins pour les patients, les familles et les soignants?

Notre objectif est de faciliter une prestation de soins palliatifs et de fin de vie transparents, coordonnés, de grande qualité et axés sur la personne et la famille aux patients, dans un cadre familier près de chez eux.

Pour assurer que tous les patients, les familles et les soignants bénéficient d’une approche palliative de qualité, nous offrirons aux équipes de collaboration en soins primaires participant au projet une formation LEAP (Learning essential approaches to palliative and end of life care ou Méthodes essentielles d’apprentissage des soins palliatifs et des soins en fin de vie) par l’intermédiaire de Pallium Canada. La formation porte sur des sujets allant de la prise de décision et de la planification aux outils utiles et à la gestion des symptômes. Nous surveillerons ensuite les mesures liées à la confiance et aux compétences des fournisseurs dans la mise en œuvre d’une approche palliative, et à l’expérience des patients et des familles, ainsi que d’autres mesures clés.

Nous comptons travailler avec les conseillers des patients et des familles pendant l’élaboration et la mise en œuvre du projet d’amélioration pour assurer que le point de vue des patients et des familles est fidèlement pris en considération et intégré du début jusqu’à l’évaluation.

Votre projet permettra-t-il de réaliser des économies? Si oui, veuillez préciser.

Étant donné que notre projet est en cours d’élaboration, nous n’avons pas encore eu l’occasion de constater les économies de coûts réalisées. Cependant, l’un des objectifs associés à la mise en œuvre de cette approche consiste à assurer une plus grande viabilité dans la prestation des soins palliatifs qui, au fil du temps, devrait réduire les coûts de soins de santé. Nous examinons actuellement la littérature à ce sujet et consultons notre conseiller et d’autres afin de déterminer un indicateur approprié pour mesurer ce changement.

Que pensez-vous de votre expérience de travail avec la FCASS?

Notre expérience de travail avec la FCASS, dans le cadre du programme FORCES, a été très positive. Non seulement les webinaires avec des enseignants de haut calibre ont été instructifs et immédiatement liés à la mise au point de notre projet d’amélioration, mais la visite sur place au début du projet nous a permis d’établir des relations directes avec l’équipe de la FCASS et le conseiller de notre projet d’amélioration. Nous nous réjouissons à l’idée de poursuivre notre travail avec le personnel, les enseignants et les conseillers de la FCASS pendant que nous continuons de progresser dans le cadre du programme FORCES et que nous préparons la séance en résidence en août.

Quelle a été la rétroaction sur votre projet à ce jour?

Jusqu’à présent, nous avons reçu des commentaires positifs sur notre proposition de projet de la part des parties prenantes stratégiques clés. Nous attendons avec intérêt d’engager plus activement les parties prenantes pour recueillir les réactions des patients et des familles, ainsi que des fournisseurs, des partenaires et des dirigeants de notre organisation.