Le Réseau de santé Horizon offre de l'espoir à des jeunes aux prises avec des problèmes de santé mentale grâce à PEER 126

Cette histoire fait partie d'une série de projets d'amélioration de la Collaboration des organismes de santé de l'Atlantique en matière d'innovation et d'amélioration dans le traitement des maladies chroniques (COSA).

Le défi

On estime que 10 % à 20 % des jeunes Canadiens sont touchés par une maladie ou un trouble de nature mentale. Ce qui est plus inquiétant, c'est le fait que le suicide figure parmi les principales causes de décès chez les Canadiens âgés de 15 à 24 ans, surpassé uniquement par les accidents. En outre, la schizophrénie est la maladie mentale la plus courante chez les jeunes, son déclenchement intervenant généralement chez les 16 à 30 ans et sa prévalence étant estimée à environ un jeune sur cent.

À Saint John, au Nouveau-Brunswick, il fallait impérativement mettre au point des mécanismes de soutien pour les jeunes atteints d’une maladie mentale, car des études montrent qu’une intervention précoce peut prévenir une vie toute entière de lutte. Pour combler ce besoin, le Réseau de santé Horizon a créé PEER 126 (Peers Engaged in Education and Recovery), un centre d’accueil pour les jeunes qui éprouvent des problèmes de santé mentale qui offre des consultations sans rendez-vous. Peer 126 n'avait pas entrepris d’évaluation formelle pour mesurer les résultats qualitatifs et quantitatifs de la participation à son programme.

La solution

Grâce au financement du Réseau de santé Horizon et de la Fondation Medavie, PEER 126 offre un ensemble de programmes aux jeunes âgés de 16 à 29 ans dans la ville de Saint John. Situé dans le centre-ville de Saint John (au 126, rue Duke, d’où PEER 126 tire la partie numérique de son nom), PEER 126 dispose de pièces consacrées à l'art, à la musique, à la lecture, aux jeux vidéo, ainsi que de sa propre cuisine et d’un endroit pour consulter le responsable du programme, qui est un récréothérapeute. Les programmes de PEER 126 favorisent le rétablissement, l'engagement et la sensibilisation à l'auto-détermination, les objectifs de vie et les relations positives.

Le centre dispose d’un certain nombre de programmes pour aider les jeunes à atteindre leurs objectifs :

  • Possibilités de bénévolat organisé - un élément important de l’obtention de compétences sociale et professionnelles - l’engagement et l’interaction avec les autres enrichissent l’expérience des jeunes.
  • Perfectionnement des compétences professionnelles - un programme de huit semaines axé sur le renforcement des compétences en matière d'emploi comme : la rédaction d’un curriculum vitae, l’identification de sujets appropriés à aborder avec d’éventuels clients et le renforcement de la confiance nécessaire pour utiliser le système de transport en commun pour se rendre au travail.
  • Travail progressif - organisé de concert avec des employeurs sensibles au cas de jeunes qui ne sont pas en mesure de travailler plus de 10 heures par semaine.
  • Soutien des pairs - offert par le personnel qui est aux prises avec d’importants problèmes de santé mentale lui-même, qui travaille en étroite collaboration avec les membres de PEER 126.
  • Discuter avec le psy - une fois par semaine, possibilité de parler à un psychiatre à PEER 126.
  • Counseling en matière de toxicomanie - un clinicien en toxicomanie rencontre les jeunes hebdomadairement.
  • Art et musique - favorise l'auto-expression des pensées et des sentiments.

À l’origine, PEER 126 comptait sur le bouche à oreille et sur ses travailleurs de soutien pour promouvoir et faire connaître ses programmes. Aujourd'hui, PEER 126 utilise des affiches, des annonces publicitaires et les médias sociaux pour encourager la participation et l'adhésion des jeunes aux prises avec des problèmes de santé mentale à ses programme. Les jeunes peuvent visiter PEER 126 et recevoir une visite guidée de la clinique, en plus de discuter avec le personnel des programmes de leurs objectifs et de leurs aspirations. Les objectifs les plus couramment cités par les participants concernent l'emploi, qui donne lieu à l'indépendance personnelle et financière, un endroit où aller et des choses à faire, ainsi que la possibilité de créer des amitiés durables.

« En participant à la Collaboration des organismes de santé de l'Atlantique, nous […] avons été en mesure de réseauter avec les membres de projets provenant d’autres provinces dans le but de partager nos expériences et de recueillir des idées d'amélioration. [Les formateurs et les enseignants de la FCASS] ont appuyé notre équipe en nous encourageant à remettre en question le modèle traditionnel de prestation de services et de proposer aux jeunes atteints de maladies mentales de concevoir des services qui leur ressemblent! »

Les résultats

En collaboration avec la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé, par le truchement de la COSA, PEER 126 a créé et entrepris une évaluation évolutive de plus de 97 jeunes qui ont été recrutés par PEER 126 depuis son ouverture en 2012, ainsi que plus de 77 jeunes qui continuent d'utiliser ses service aujourd'hui.

L'examen des dossiers et des sondages effectués tout au long de 2013-2014 conclu que suite à leur introduction à PEER 126, les jeunes :

  • Se tournaient davantage vers les soins de santé primaires, plutôt que les soins urgents
  • Par exemple, ils consultaient davantage leur médecin de famille et des cliniques sans rendez-vous pour régler des questions de santé personnelles. Ils utilisaient moins les services communautaires d’intervention en cas de crises et les urgences de l'hôpital régional et ont moins souvent été admis en raison d’un diagnostic de trouble mental à l'hôpital régional.
  • Les jeunes ont signalé des progrès sur le plan de l’atteinte de leurs objectifs personnels comme l'emploi et l'amitié, p. ex., les amitiés et les activités ont été l’objet des progrès les plus importants ; or les participants ont également signalé qu’ils aiguisaient leurs compétences professionnelles à mesure qu'ils progressent vers le marché de l’emploi.
  • Les jeunes ont signalé des améliorations dans leur logement, leur travail, leur situation financière, leur éducation/scolarisation et la réduction de leurs dépendances.

La diffusion

Le Réseau de santé Horizon appuie fermement PEER 126 et continue de soutenir les travaux axés sur la santé mentale chez les jeunes. Le centre bénéficie d’un financement pérenne de la Fondation Medavie, un important partisan de ce modèle innovant, qui a garantit des fonds jusqu'en 2017.

PEER 126 est perçu comme un modèle communautaire innovant visant à élargir l’accès à des endroits sûrs pour les jeunes aux prises avec des problèmes de santé mentale, et ce, partout au Nouveau-Brunswick. PEER 126 fait partie d'un effort panprovincial appuyé par Recherche transformationnelle sur la santé mentale des adolscents (TRAM) à hauteur de 25 millions de dollars, une subvention rendue possible grâce à un financement conjoint des Instituts de recherche en santé du Canada et de la Fondation Graham Boeckh visant à créer des espaces sûrs en santé mentale pour les jeunes.

PEER 126 a présenté son travail lors de la conférence annuelle de l'Association canadienne pour la recherche sur les services et les politiques de la santé (ACRSPS), tenue à Toronto, en mai 2014. L'équipe de PEER 126 a aussi communiqué ses résultats lors de la Conférence nationale sur le leadership dans les soins de santé tenue en juin 2015.

 

Annette HarlandAnnette Harland
Liaison clinique
PEER 126
Réseau de santé Horizon

 

 

 

Sue Haley-Lajoie-125Sue Haley-Lajoie
Directrice, Toxicomanie et la santé mentale
Réseau de santé Horizon