L’adoption de meilleures normes de soins réduit les temps d’attente et augmente la satisfaction des patients en Nouvelle-Écosse

Le défi : manque de coordination quand les patients vont au-delà des services de première ligne

La transition des patients des services de première ligne aux traitements dispensés par des spécialistes est souvent compliquée par un manque de coordination, ce qui coûte cher aux régies de la santé et cause de la frustration aux patients et aux prestataires de services. Le traitement de la thrombose veineuse profonde (TVP) est particulièrement préoccupant à cet égard, car le processus exige que le médecin de famille suive diverses méthodes avec la participation de spécialistes de plusieurs disciplines.

Le projet d'amélioration : étudier la TVP pour organiser tous les soins du point de vue du patient

Sam Campbell, directeur de l'Amélioration de la qualité, Médecine d'urgence, s'est fixé pour objectif d'améliorer la transition des patients entre les soins primaires et les soins secondaires en analysant les cas où des patients atteints de TVP sont aiguillés vers les services d'urgence. En réalisant son étude fondée sur des données probantes, le directeur du service de médecine d'urgence du Queen Elizabeth II Health Sciences Centre de Halifax a voulu non seulement trouver le moyen d'aider les médecins de famille à gérer leurs patients, mais aussi de débarrasser tous les médecins de l’étiquette qu’ils se sont eux-mêmes imposée de prestataires de services primaires ou secondaires afin de les encourager à organiser les soins en fonction des besoins du patient.

Le résultat : des protocoles fondés sur des données probantes assurent un processus de traitement fiable

La démarche de Sam Campbell lui a permis d'établir des protocoles fondés sur des données probantes pour le diagnostic et le traitement de la TVP, dans le cadre de son projet d'intervention FORCES. Il a utilisé les protocoles pour adapter un outil existant de notation afin d'instaurer un cheminement centré sur le patient permettant au médecin de famille de calculer la probabilité clinique de maladie du patient et d'y répondre de manière adéquate. En suivant ce cheminement étape par étape, le médecin de famille peut diagnostiquer et traiter lui-même la plupart des patients. Lorsqu'un patient doit être aiguillé vers un service d'urgence, le protocole aide également les auxiliaires médicaux de soins avancés et les urgentologues à évaluer avec précision la gravité du cas, ce qui évite de retirer inutilement des ressources à d'autres patients des services d'urgence.

L'impact : une nouvelle norme de diagnostic et de traitement de la TVP

Au bout d'un an, les médecins de famille ayant utilisé le cheminement lui ont donné une note de 8,99 sur 10. Parmi les médecins d'urgence interrogés, 95 p. 100 se sont dit « très satisfaits », tout comme 89 p. 100 des auxiliaires médicaux de soins avancés. Presque tous les patients ont évalué le cheminement avec enthousiasme. Des enquêtes ont montré que 95 p. 100 d'entre eux étaient « très satisfaits » de leur traitement. Cela ne saurait étonner puisque, grâce au cheminement, les patients envoyés en service d'urgence ont vu la durée de leur séjour diminuer de plus d'une heure et demie. Du fait de ce succès, le cheminement est maintenant la norme pour le diagnostic et le traitement de la TVP et sert de modèle à l'élaboration de démarches similaires dans d'autres domaines.

Sam Campbell
Directeur de l’Amélioration de la qualité
Médecine d’urgence
Queen Elizabeth II Healh Sciences Centre
Halifax (Nouvelle-Écosse)

 

Pour en savoir plus sur ce projet ou le programme FORCES veuillez visiter fcass-cfhi.ca/forces ou nous envoyer un courriel à info@cfhi-fcass.ca.