La FCASS et le Nunavut célèbrent la collation des grades des formateurs sur la compétence culturelle autochtone

La formation favorisera la prestation de soins adaptés à la culture

Ottawa (Canada) – Le 17 mars 2017 – Aujourd’hui, la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé et le gouvernement du Nunavut ont annoncé que la première cohorte de formateurs sur la compétence culturelle autochtone du territoire est maintenant certifiée. Cette mesure ouvre la voie à la prestation de services sociaux et de soins de santé mieux adaptés à la culture. Ce jalon sera souligné dans le cadre de la cérémonie de collation des grades d’Iqaluit à laquelle assisteront l’honorable George Kuksuk, ministre de la Culture et du Patrimoine, l’honorable Georges Hickes, ministre de la Santé, l’honorable Paul Quassa, ministre de l’Éducation, Colleen Stockley, sa sous-ministre, ainsi que Pauloosie Suvega, sous-ministre de la Culture et du Patrimoine.

Au début de 2017, lors de trois séances d’une durée de trois jours chacune, la FCASS a formé des fonctionnaires des ministères de la Santé, de l’Éducation, de la Culture et du Patrimoine du Nunavut sur la compétence culturelle autochtone. Cette formation fournit au personnel de première ligne les connaissances et les compétences nécessaires pour offrir aux clients autochtones des soins mieux adaptés et plus respectueux de leur culture. En matière de santé et de services sociaux, la compétence culturelle est essentielle pour prodiguer des soins adaptés à la réalité des patients.

« Le mandat actuel du gouvernement du Nunavut comprend plusieurs éléments qui reflètent les valeurs et les attentes des Inuits. En tant que peuple, nos valeurs sociétales sont profondément ancrées dans le modèle même de notre gouvernement de consensus; il est donc de notre devoir de transmettre ces principes, non seulement à la prochaine génération, mais à tous ceux qui décident d’élire domicile au Nunavut, a déclaré Pauloosie Suvega, sous-ministre, ministère de la Culture et du Patrimoine, gouvernement du Nunavut. Les programmes qui forment nos fonctionnaires sur les compétences culturelles permettent de veiller à ce que ce mandat soit accompli. »

La prestation de services adaptés à la culture des autochtones pour assurer un sentiment de sécurité culturelle était l’un des appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. Les Inuits, les Premières Nations et les Métis du Canada ont des problèmes de santé plus importants que les autres Canadiens, notamment des taux plus élevés de maladies chroniques, de maladies infectieuses et de suicide, ainsi qu’une moins grande espérance de vie. Au Nunavut, entre 2009 et 2013, le taux de suicide des Inuits était de 116,7 sur 100 000 décès, tandis que la moyenne nationale pour la même période était de 11,3 sur 100 000 décès. Néanmoins, certaines communautés autochtones ont accès à des services de santé efficaces et obtiennent des résultats satisfaisants. Une partie de la solution pour combler l’écart entre les résultats cliniques est de rétablir le sentiment de sécurité culturelle dont les patients et les clients autochtones ont besoin pour faire confiance aux services qui leur sont offerts.

« C’est un véritable honneur pour la FCASS de travailler main dans la main avec le gouvernement du Nunavut sur la compétence culturelle autochtone, souligne Mme Maureen O’Neil, présidente de la FCASS. Nous nous engageons à collaborer avec divers partenaires pour combler l’écart entre la santé des autochtones et celle du reste de la population. Nous nous réjouissons à l’idée d’appuyer le gouvernement du Nunavut dans leur démarche de formation. »  

Grâce à l’approche de « formation du formateur », les huit animateurs sont maintenant en mesure d’offrir le cours sur la compétence culturelle autochtone de la FCASS sur leur territoire et ailleurs. Les guides des animateurs ont été conçus pour les formateurs du Nunavut, et le soutien continu offert par la FCASS comprendra du matériel d’apprentissage, une évaluation et une analyse du cours, ainsi que des occasions de coanimation. Le gouvernement du Nunavut prévoit offrir sa première séance en avril 2017.

« En tant qu’Inuit, la formation nous a vraiment responsabilisés, explique Shuvinai Mike, directeur de l’Inuit Quajimajatuqangit et nouvel animateur certifié. Pour ma part, j’ai enfin trouvé une stratégie qui aide à changer la mentalité des gens et qui donne un nouveau cadre à ma façon de défendre les droits de mon peuple. »

Les pensionnats ont eu des répercussions sur des générations d’Autochtones, et leurs effets sur la santé et la santé mentale se font encore sentir chez certains peuples. La FCASS aide les équipes et les organismes à en apprendre plus sur l’influence des éléments du passé – dont les pensionnats autochtones – sur les résultats cliniques et la confiance dans le système de santé. La FCASS est déterminée à appuyer des partenaires qui visent à combler l’écart entre la santé des peuples autochtones et celle du reste de la population en transmettant des connaissances, en favorisant des partenariats et en encourageant une vision de réconciliation.

Les opinions exprimées dans cette publication ne reflètent pas nécessairement celles de Santé Canada.

La Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé recense des innovations éprouvées et accélère leur diffusion partout au Canada, améliorant ainsi les soins aux patients, la santé de la population et l’optimisation des ressources. La FCASS est un organisme sans but lucratif financé dans le cadre d’une entente avec le gouvernement du Canada. Rendez-vous à l’adresse fcass-cfhi.ca pour en savoir davantage.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Tamir Virani
Agent des communications et des relations avec les parties prenantes
Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé
Tél. : 613 728-1318, poste 232
Cell. : 613 410-2617
Courriel : tamir.virani@cfhi-fcass.ca