Entrevues Forum des PDG

Entrevues

Point de vue de dirigeants sur l’imputabilité dans une perspective de qualité

Remarques préliminaires de Terrence Sullivan, président du Forum des PDG et coordonnateur pédagogique du programme FORCES

Pour stimuler le dialogue au Forum des PDG, nous avons demandé à cinq dirigeants canadiens leur opinion sur l’imputabilité dans la perspective de la qualité des services de santé. Ils ont eu l’amabilité de se plier à l’exercice.

Donc, qu’en disent-ils?

D’abord, que le renforcement des capacités et la promotion de la reddition de comptes publique et de l’imputabilité clinique en matière de qualité sont les voies que peuvent emprunter les organismes de santé afin d’améliorer la qualité. Ce sont les patients qui, à leurs yeux, demeurent les atouts inexploités dans cet élan vers l’amélioration de la qualité
des services de santé. Ils soulignent également que la direction des établissements ne saurait échapper à l’obligation redditionnelle – en fait, l’imputabilité relève des présidents-directeurs généraux, de concert avec leur équipe de direction, l’organe de gouvernance et leurs partenaires dans la prestation des services de santé. En outre, les cinq dirigeants plaident en faveur d’un soutien accru pour accélérer l’amélioration dans le système de santé – un soutien local, régional et à l’échelle du pays.

Nous remencions tout particulièrement Roger Collier qui a dirigé les entrevues et rédigé les articles.

 Kendel

Dennis Kendel, secrétaire général, Collège des médecins et des chinurgiens de la Saskatchewan
» Entrevue

"Il est très difficile de forcer une personne à rechercher véritablement la qualité des soins. Chacun doit s’investir personnellement. Fort heureusement, c’est presque toujours le cas."
 Doyle

Dianne Doyle, présidente-directrice générale de Providence Health Care, Vancouver (Colombie-Britannique) » Entrevue

"Lorsque vient le temps de faire participer les patients à l’amélioration de la qualité, la profession médicale a encore beaucoup à apprendre."
 Ste-Marie

Micheline Ste-Marie, directrice associée,
Services professionnels de l’Hôpital de Montréal pour enfants, Centre universitaire de santé McGill, et présidente du Groupe Vigilance pour la sécurité des soins
» Entrevue

"Pour améliorer la qualité et augmenter la sécurité des soins aux patients, il faut mettre en place des systèmes. Il faut mettre la technologie et l’informatique au service de cet objectif pour que la prise de décisions repose sur des données éprouvées."
 Blackstien-Hirsch

Paula Blackstien-Hirsch, directrice générale, Centre for Healthcare Quality Improvement
» Entrevue

"Dans bien des cas, les établissements de santé qui ont des douzaines de priorités en matière d’amélioration de la qualité n’en ont vraiment aucune."
 Ferguson

Donald Ferguson, sous-ministre de la Santé, gouvernement du Nouveau-Brunswick » Entrevue

"Les intervenants des divers niveaux du système ne se parlent pas assez et ne se font pas assez confiance. C’est là que le bât blesse."