Biographies des conférencières

 

L’honourable Yves Bolduc. Originaire du Lac St-Jean, le docteur Yves Bolduc a complété sa formation en médecine, avec un doctorat en 1981. Il détient également une maîtrise en administration publique de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP) et un diplôme en bioéthique de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il a connu une carrière comme médecin omnipraticien dans différentes régions ainsi que comme urgentologue et coroner. Réputé pour son efficacité, le Dr Bolduc a fait de l’accessibilité aux services son cheval de bataille. Son expérience comme directeur des services professionnels, professeur et président de l’Association des conseils des médecins, dentistes et pharmaciens du Québec l’a conduit au poste de ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, et ce, depuis le 25 juin 2008.

Adalsteinn Brown a obtenu la chaire de recherche sur les politiques de santé publique, École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto et le poste de scientifique au Keenan Research Centre du Li Ka Shing Knowledge Institute de l’Hôpital de St. Michael le 1er janvier 2011. Il a assumé, dans le passé, diverses fonctions dans les secteurs public, privé et gouvernemental, notamment celles de sous-ministre adjoint à la stratégie, au ministère ontarien de la Santé et des Soins de longue durée, de sous-ministre adjoint, Sciences et recherche, au ministère ontarien de la Recherche et de l’Innovation, de professeur adjoint au département des politiques, de la gestion et de l’évaluation en santé de l’Université de Toronto, ainsi qu’un rôle de fondateur dans des entreprises de consultation, de logiciels et de services Internet. Brown a obtenu son baccalauréat en affaires gouvernementales à l’Université Harvard et son doctorat à l’Université d’Oxford, où il a été boursier Rhodes. En 2003, il a été nommé un des « Top 40 under 40 » du Canada pour son travail sur les mesures du rendement dans le secteur de la santé.

Ann Colbourne est professeure en médecine à l’Université de l’Alberta. Ses fonctions administratives universitaires comprennent celles de directrice de division (médecine interne générale) et, jusqu’en juillet 2011, de vice-présidente clinique du département de médecine. Quant aux postes administratifs dans les services de santé en Alberta, elle occupe actuellement les postes de directrice médicale associée (gestion intégrée de la qualité), de chef divisionnaire de la région d’Edmonton (médecine interne générale) et de chef du service médical à l’Hôpital universitaire de l’Alberta. Jusqu’en juillet 2011, Colbourne a été aussi la chef adjointe du département clinique de médecine générale. En qualité de directrice médicale, Transformation des soins, aux Services de santé de l’Alberta, elle travaille avec des équipes cliniques, des cadres intermédiaires et des décideurs pour transformer les processus de soins en un plan interprofessionnel intégré de services de santé pour tous les patients et leur famille. Son périple d’apprentissage tout au long de la vie l’a menée de Terre-Neuve-et-Labrador à Oxford à titre de boursière Rhodes, puis de nouveau à Terre-Neuve et ensuite à la Clinique Mayo pour sa formation en médecine interne. Elle est diplômée en biochimie, en théologie et en médecine. Sur le plan clinique, elle est fort versée dans le traitement du diabète et en particulier, dans la promotion de la santé et la prévention des maladies. Colbourne qui dirige actuellement une importante initiative de télésanté visant des patients utilisant une pompe à insuline à Terre-Neuve-et-Labrador travaille à l’officialisation de liens avec un réseau de soins primaires en Alberta pour explorer les questions liées à la prestation des soins cliniques ainsi que pour renforcer les capacités de soins du diabète. Colbourne jouit d’une solide expérience en matière de politiques de santé qu’elle a acquise auprès du ministère de la Santé de Terre-Neuve-et-Labrador à titre de directrice médicale du programme de prévention et de prise en charge des maladies chroniques.

Irfan Dhalla pratique la médecine interne générale à l’Hôpital St Michael de Toronto. Il effectue également de la recherche sur les moyens d’améliorer les résultats de santé grâce à la mise en oeuvre et l’évaluation des changements dans les politiques de santé. Il se concentre, en particulier, sur l’organisation, la prestation et le financement des services de santé dispensés aux personnes atteintes de maladies chroniques complexes, ainsi que sur le cadre réglementaire relatif aux médicaments d’ordonnance. Il est le directeur de l’Hôpital virtuel de Toronto, une initiative multi-organisationnelle destinée à améliorer les soins post-hospitaliers. Un essai clinique comparatif et randomisé financé par les IRSC devrait être terminé en 2013. Dhalla siège également au conseil d’administration de Canadian Doctors for Medicare, une organisation qui milite en faveur de l’amélioration de la santé pour tous les Canadiens, au Comité d’évaluation des médicaments qui formule des recommandations au ministère ontarien de la Santé et des Soins à long terme concernant les médicaments qui doivent être financés avec des fonds publics et les conditions du financement, ainsi qu’au comité de gouvernance sur la stratégie relative à l’hospitalisation évitable de Qualité des services de santé Ontario. En 2010, il a reçu le prix Étoile montante des IRSC pour ses recherches sur les méfaits provenant de l’usage des opioïdes sur ordonnance.

Robert J. Howard est l’un des chefs de file canadiens en gestion de la santé. Il occupe actuellement les fonctions de président et chef de la direction du centre hospitalier universitaire St Michael, lequel est voué à soigner les malades en phase critique et les personnes les plus vulnérables de la société. L’Hôpital St Michael est reconnu comme l’ange urbain de Toronto. Cardiologue réputé, Howard a également fait sa marque dans le monde de la santé par son leadership en amélioration de la qualité, dont il a d’ailleurs fait la pierre angulaire du plan stratégique de l’hôpital, et son travail dans ce domaine établit la norme au sein du Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) du Centre-Toronto et de l’ensemble de l’Ontario. Sous la direction du Howard, le St Michael’s a officiellement inauguré deux pavillons reliés : le Keenan Research Centre et le Li Ka Shing International Healthcare Education Centre, qui forment ensemble le Li Ka Shing Knowledge Institute. Ce complexe innovateur rapproche le monde de la recherche en sciences de la santé et celui de la formation médicale afin de favoriser de meilleurs soins aux patients. Avant sa nomination comme président et chef de la direction, Howard occupait les fonctions de premier vice-président, programmes et formation, de cet hôpital et a, en cette qualité, généré une croissance sans précédent du volet éducation et la création de multiples alliances universitaires. Howard est titulaire d’un baccalauréat en génie industriel de l’Université de Toronto, d’un doctorat en médecine de l’Université McMaster et d’un diplôme de MBA pour cadres de la Richard Ivey School of Business. Il enseigne à la Faculté de médecine de l’Université de Toronto.

Alain Larouche a une expertise qui est reconnue par les principaux acteurs du réseau de la santé et des services sociaux et qui repose sur plus de 30 ans de pratique comme médecin omnipraticien tant en pratique clinique active qu’en pratique médico-administrative. Larouche possède une connaissance intégrée du système de santé québécois et des organisations qui la composent ainsi que de l’environnement législatif et professionnel qui les caractérisent. Depuis 2001, il travaille pour le compte du Groupe Conseil Santé Concerto. Il a oeuvré, comme clinicien, à temps plein dans une urgence régionale à haut débit (CHR de Sept-Îles) pendant 10 ans. Il a développé une expertise particulière sur les impacts des maladies chroniques sur les malades eux-mêmes et sur le système de santé, sur les façons d’adapter la réponse de soins et de services à ces besoins et sur l’étude des grands utilisateurs du système de soins. Il a prononcé des conférences sur le sujet et exécute actuellement des mandats reliés à ces problématiques. Larouche est actuellement membre du conseil de discipline du Collège des médecins du Québec.

Thomas H. Lee est interniste et cardiologue, ainsi que président du Réseau Partners Healthcare System—un système de prestation intégrée fondé par le Brigham and Women’s Hospital et le Massachusetts General Hospital—et le chef de la direction du Partners Community HealthCare. Il est diplômé du Harvard College, du Cornell University Medical College et de la Harvard School of Public Health. Il est un professeur de médecine à la Harvard Medical School et de politique et gestion de la santé à la Harvard School of Public Health. Ses intérêts de recherche comprennent les stratégies de stratification du risque et de gestion optimale des problèmes communs cardiovasculaires, l’amélioration de la qualité des soins et, plus particulièrement les chemins critiques, l’élaboration et la mise en application de lignes directrices, ainsi que les soins gérés. Lee est membre du Massachusetts Health Care Quality and Cost Council, du conseil d’administration du Geisinger Health System et du groupe de conseillers en santé du Congressional Budget Office. Il est coauteur, avec le James J. Mongan, de Chaos and Organization in Health Care (MIT Press, 2009) et rédacteur en chef adjoint de The New England Journal of Medicine.

David Levine est président-directeur général de l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal depuis 2002. L’Agence est responsable de tous les services sociaux et de santé offerts à plus de deux millions de personnes par 47 établissements publics et 42 établissements privés sur l’île de Montréal. Levine a été nommé ministre délégué de la santé en 2002 et délégué général du Québec à New York en 1997. Il a également oeuvré, entre 1977 et 1980, à titre de conseiller-cadre au cabinet du ministre d’État au Développement économique du gouvernement du Québec. Dans le domaine de la santé et des services sociaux, Levine a occupé le poste de président-directeur général de l’Hôpital d’Ottawa, de l’Hôpital Notre-Dame à Montréal, du Centre hospitalier de Verdun et du CLSC St-Louis-du-Parc, avant d’être nommé à l’Agence de la santé et des services sociaux de Montréal. Levine a été président de l’Association des directeurs généraux du Québec et de l’Association des hôpitaux universitaires du Canada, membre du conseil d’administration de l’Association des hôpitaux de l’Ontario, de l’Association des hôpitaux du Québec et de l’Institut canadien d’information sur la santé. Il a été également visiteur pour le Conseil canadien d’agrément pendant de nombreuses années. Levine a obtenu un baccalauréat en génie civil de l’Université McGill (1970), d’une maîtrise de philosophie en génie biomédicale de l’Université de Londres (1972) ainsi qu’une maîtrise en administration de la santé de l’Université de Montréal (1975). Professeur à l’École nationale d’administration publique, Levine a enseigné à l’Université McGill, l’Université de Montréal et l’Université de Toronto.

Dante Morra est directeur médical au Centre for Innovation in Complex Care, directeur associé au Center for Interprofessional Education and Collaboration de l’Université de Toronto, professeur adjoint au département de médecine de l’Université de Toronto et professeur adjoint à l’École de gestion Rotman de l’Université de Toronto. Son travail dans la transformation du système lui a valu de nombreux prix individuels et d’équipe, dont le Prix 3M de la qualité et le prix Goldie pour le leadership. Enseignant primé, il est le directeur du programme d’études de premier cycle à la Faculté de médecine. Morra est le cofondateur et le directeur médical du Centre for Innovation in Complex Care, qui introduit de nouveaux modèles de soins visant la transformation des services de santé. Il est un chef de file reconnu dans l’amélioration des processus hospitaliers, dans l’innovation des services de santé et dans l’allocation efficace des ressources. Ses travaux de recherche ont joui de l’attention des médias nationaux et internationaux, notamment la parution récente d’articles dans le Toronto Star, le Globe and Mail, Maclean’s et le New York Times.

Nigel Murray est président-directeur général de la Fraser Health Authority. Responsable de la gestion globale ainsi que de la prestation de programmes et de services de santé dans l’une des plus grandes régions sanitaires au Canada, il surveille les hôpitaux de soins actifs ainsi que les services résidentiels communautaires, de soins à domicile, de santé mentale et de santé publique. Doté d’un budget de 1,8 milliard de dollars et employant 22 000 personnes, la Fraser Health dessert une population de 1,5 million de personnes allant de Burnaby à White Rock et Boston Bar. Murray a été le PDG par intérim du Southland District Health Board et le premier PDG de New Zealand Health Sector Industrial and Employee Relations. Auparavant, il a occupé divers postes d’administrateur principal des services de santé, notamment celui de directeur général par intérim du National Women’s Hospital, de directeur général de la planification et du développement au Auckland District Health Board et de directeur général du Health Services Delivery Plan. En 1995, il a été nommé membre de l’Ordre de l’Empire britannique pour services rendus en matière de santé à la New Zealand Defence Force. Murray possède un baccalauréat en arts du Dartmouth College, un baccalauréat en médecine et chirurgie de la University of Otago Medical School et une maîtrise en médecine du travail de la Harvard University School of Public Health.

Tammy O’Rourke, infirmière praticienne, est directrice de la clinique dirigée par du personnel infirmier praticien à Belleville et professeure dans le programme de baccalauréat coopératif en sciences infirmières de Brock University et du Loyalist College. La clinique dirigée par le personnel infirmier à Belleville vise à s’imposer comme un fournisseur connu de soins de santé primaires complets, novateurs, de grande qualité, fondés sur les données probantes et accessibles, en collaboration avec des partenaires communautaires et les patients à Belleville et dans la région environnante. O’Rourke qui croit fermement que les soins infirmiers peuvent jouer et joueront un rôle clé dans la viabilité du système de santé public provincial a joué un rôle de chef de file dans la mise sur pied de la clinique dirigée par du personnel infirmier à Belleville. Nommée championne des pratiques exemplaires par l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario, elle est membre de l’Unité de recherche sur les pratiques exemplaires en soins infirmiers, étudiante du programme de la Chaire en soins infirmiers de la FCRSS et des IRSC et doctorante à l’Université d’Ottawa. O’Rourke a reçu plusieurs prix de pratique et de recherche tout au long de sa carrière d’infirmière. Elle a obtenu son premier diplôme en soins infirmiers du Collège Sir Sandford Fleming en 1992. Depuis ce temps, elle a beaucoup voyagé et a occupé divers postes en soins infirmiers dans les hôpitaux et des foyers de soins personnels. En 2000, elle est diplômée de l’Université d’État de New York à Buffalo avec une combinaison du baccalauréat et de la maîtrise en sciences infirmières, spécialisée en pratique familiale. Elle a pratiqué comme infirmière praticienne à New York pendant environ un an avant de retourner en Ontario où elle a commencé à pratiquer de nouveau comme infirmière praticienne il y a cinq ans. Dans le cadre de sa recherche doctorale, O’Rourke vise à acquérir des connaissances sur la participation des intervenants au processus qui conduit à la mise en place et à la viabilité de la première clinique dirigée par du personnel infirmier en Ontario, la Clinique des infirmières praticiennes du district de Sudbury. O’Rourke demeure active dans la mise sur pied d’autres cliniques dirigées par du personnel infirmier, en partageant de l’information pour aider ces cliniques dans leurs efforts à fournir des services de santé primaires de grande qualité et fondés sur les données probantes aux patients partout dans la province de l’Ontario.

André Picard est un auteur très estimé sur les questions de politique publique au Canada. Journaliste spécialisé en santé publique au Globe and Mail, il est aussi l’auteur de plusieurs succès de librairie, dont Critical care : Canadian nurses speak for change et The gift of death: Confronting Canada’s tainted blood tragedy. On lui doit également A call to alms: The new face of charity in Canada. Salué pour ses écrits, Picard est notamment lauréat du Prix Michener pour action méritoire de journalisme d’intérêt public, du Prix pour la recherche sur les politiques au Canada et de la Bourse Atkinson en affaires publiques. En 2002, il a reçu le prix Centenaire de l’Organisation panaméricaine de la santé, remis au meilleur chroniqueur en santé publique des Amériques et a été nommé, en 2005, le premier héros de la santé publique par l’Association canadienne de santé publique. En 2007, il a remporté le Concours national de journalisme pour sa contribution à une série d’articles sur le traitement du cancer au Canada. Picard a été membre des comités consultatifs de l’Institut canadien de la santé infantile, de Jeunes en forme Canada, de Centraide Montréal et du Journal de l’Association médicale canadienne. Il est également représentant des parents à la Commission scolaire de Montréal.

Shirlee Sharkey est présidente et chef de la direction du Saint Elizabeth Health Care, un organisme de services de santé de premier plan au Canada qui est réputé pour son innovation sociale, son rendement financier solide et ses pratiques avant-gardistes. Organisme sans but lucratif primé et diversifié, le Saint Elizabeth offre cinq millions de consultations de santé par année et emploie près de 6 000 personnes qui fournissent des soins infirmiers ainsi que des services de réadaptation, de soutien personnel, de recherche et de conseil. Fort d’un siècle d’expérience et doté d’une vision puissante pour l’avenir, le Saint Elizabeth s’engage à habiliter les clients, les familles et le personnel, à se faire le champion de la compassion et à viser des services de valeur et de qualité optimale. En tant qu’organisation déterminée à honorer les expériences humaines dans les services de santé, le Saint Elizabeth poursuit des pratiques novatrices et exemplaires pour créer un impact social plus important. Le leadership Sharkey et sa participation aux nombreux conseils d’administration sans but lucratif, allant de la santé à l’éducation, est le reflet évident de son engagement à l’égard de l’avancement de la communauté. Elle a été directrice du collège George Brown de Toronto, ainsi que présidente de l’Association canadienne de soins et services à domicile et de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario. Sur la scène internationale, elle assume la présidence de la World Homecare and Hospice Organization. En 2007, la ministre de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario a retenu ses services comme experte-conseil en matière de dotation et de normes dans les maisons de soins de longue durée. Ses idées ainsi que sa foi dans le potentiel et la créativité des gens lui ont valu beaucoup de succès et d’éloges. En 2010, elle a reçu le Prix pour le leadership innovateur en soins de santé du Collège canadien des leaders en santé ainsi que le prix Qualité organisationnelle et Milieu de travail sain de l’Institut national de la qualité. Elle s’est également vue décerner le prix de Leadership aux cycles supérieurs par le département des politiques, de la gestion et de l’évaluation en matière de santé de l’Université de Toronto en 2008, le Prix des 100 femmes les plus influentes du Canada par le Réseau des femmes exécutives en 2007, le Prix d’excellence de leadership en soins infirmiers par l’Association des hôpitaux de l’Ontario en 2005, ainsi qu’une Médaille du jubilé de la reine Elizabeth II en 2003.

Kaveh Shojania est directeur du Centre de la sécurité des patients à l’Université de Toronto, où il dispense aussi des soins comme interniste général. Ses travaux ont paru dans des revues de premier plan, tels que le New England Journal of Medicine, le Journal of the American Medical Association (JAMA) et les Annals of Internal Medicine. Il a donné de nombreuses conférences sur des questions liées aux percées scientifiques en matière de sécurité des patients et d’amélioration de la qualité, dont deux fois à l’Institut américain de médecine. En janvier 2011, Shojania est devenu rédacteur en chef de la revue du British Medical Journal Group, BMJ Quality and Safety, qui exerce une influence des plus marquantes dans les domaines de l’amélioration de la qualité et de la sécurité des patients.

John Sloan, médecin de famille à Vancouver, porte un intérêt particulier aux personnes âgées fragiles. Il est professeur clinique à la Division de gériatrie communautaire du Département de médecine familiale à l’Université de la Colombie-Britannique. Sa pratique clinique consiste principalement à fournir des soins à domicile aux personnes âgées confinées chez elles. Sloan a publié un ouvrage intitulé Protocols in Primary Care Geriatrics, produit deux vidéos sur la gériatrie, organisé et enseigné plus d’une centaine de cours et conférences au Canada, aux États-Unis et en Europe et écrit 17 articles sur les personnes âgées, y compris une recherche inédite. Il a préparé, à l’intention du ministère de la Santé de la Colombie-Britannique, un rapport sur l’organisation des programmes communautaires pour les personnes âgées. Il évalue régulièrement la capacité des personnes âgées et offre des services de consultation médicale à Anciens Combattants Canada, à Santé Canada ainsi qu’aux assureurs privés. Ses autres intérêts comprennent la cuisine, le vin, la musique classique, la littérature de fiction et la métaphysique : le Sloan qui vit avec sa famille à Vancouver a aussi publié des articles sur les voyages et le vin dans diverses revues.

Terrence Sullivan, ancien président-directeur général d’Action Cancer Ontario, s’est joint à cet organisme provincial de lutte contre le cancer en 2001 et a occupé tour à tour des postes de haute responsabilité dans les secteurs de l’oncologie préventive et de la recherche. De 1993 à 2001, il a assumé la présidence de l’Institut de recherche sur le travail et la santé (IRTS), organisme privé sans but lucratif affilié à l’Université de Toronto. Sous sa direction, l’Institut est devenu le principal centre de recherche sur les accidents du travail en Amérique du Nord. Sullivan a exercé des fonctions de haut niveau aux ministères de la Santé et des Affaires intergouvernementales, ainsi qu’au Bureau du Conseil des ministres de l’Ontario. En plus des fonctions de sous-ministre, il a été nommé directeur général du Conseil du premier ministre sur la Stratégie de la santé par deux premiers ministres successifs de l’Ontario. Chercheur prolifique dans le domaine des sciences du comportement, Sullivan axe sa recherche et son travail pratique sur la prévention du cancer et le rendement du système de santé. Il est membre du corps professoral du département des politiques, de la gestion et de l’évaluation en matière de santé ainsi que de l’École de santé publique Dalla Lana de l’Université de Toronto. Dans le cadre de ses activités de bénévolat, Sullivan assume la vice-présidence de l’Agence ontarienne de protection et de promotion de la santé ainsi que la présidence du Comité sur le rendement du Partenariat canadien contre le cancer. Il est également le nouveau président indépendant du conseil d’administration de l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS).